16 avril 2011

En phase du temps


De l'importance du jardin secret, de l'accomplissement d'un certain abandon quelque part. Poser les yeux au vague mais savoir que c'est là, précisément, que s'épanouit l'invisible, l'inédit, et même l'inutile. Regarder en phase du temps ce qui varie et ce qui dure. L'espace, les décalages finiront par s'arranger dans le chaos. Les flottements peuvent avoir de l'inertie. No man' s time. S'avancer vers le fond, croire qu'une ouverture est probable, déchiffrer les signes, fermer les yeux pour entendre le moindre verrou qui cède, pourrissement inévitable, enfoncer sa main dans sa poche et trouver la clef.