08 mai 2014

Que tu m'expliques quelque chose

Je suis dans une salle de sport pour m'entraîner au kyūdō. A la fin, toute l'assemblée va au restaurant ; autour d'une longue table rectangulaire, chacun prend place. Une fille en face de moi se présente comme si nous étions dans un association d'addict anonyme. "Bonjour je m'appelle Audrey, j'ai 25 ans et je suis étudiante en histoire mais je fais parfois du mannequinat". Je trouve cette pratique de se présenter à tour de rôle bizarre. Quand vient mon tour je me présente aussi, tout le monde sait à présent que je suis la plus âgée du groupe. 50 ans. Tous les regards se tournent vers moi, admiratifs, comme si j'avais accompli quelque chose d'important. Mon voisin de droite, que je ne connais pas vraiment, me caresse le bras durant le repas. Cela me gêne et j'essaye de l'éviter du mieux que je peux. Le repas est long, nous buvons beaucoup, je crois être un peu soûle, mon voisin qui a la vingtaine, met son bras autour de mon cou, n'arrête pas de m'embrasser la main, le cou, les cheveux. Je n'y prête plus attention, pour moi il est comme un chat qui s'amuse avec un nouveau jouet et je laisse faire. Personne ne trouve notre comportement génant ou absurde. Après le repas, nous montons tous à bord d'un bus de tourisme qui nous dépose devant notre domicile. Je descends devant le mien abandonnant mon jeune ami qui ne m'a pas lâchée et qui finit par me laisser partir. Mon amie m'a suivie et me demande avec un sourire entendu : "il faut que tu m'expliques quelque chose". J'en suis incapable, je ne peux pas parler, troublée, je me réveille.


illustration: Guillaume Seignac