20 juin 2016

Le tunnel Lynch (6)

J'accrochais le regard de mon voisin et ce qui j'y vis noya toute envie de causer. La langue me faisait défaut. Nous restâmes face à face sans aucun besoin d'agir. L'attente semblait être logique, facile et peu coûteuse en effort. Je me rendais compte que les voix autour de moi s'estompaient ou devenaient inaudibles. Je tentais de regarder par la fenêtre mais il n'y avait rien à voir. Seules les silhouettes déformées découpaient sur la vitre leur agitation verbale. Tête oscillantes. Bras s'élançant. Les reflets comme des marionnettes impatientes. Je ne pouvais rien dire d'utile cependant ma petite voix intérieure répétait le titre du roman que lisait mon compagnon de voyage. J'avais ce sentiment de déjà vu et pourtant quelque chose de nouveau s'imposait à moi. Cet homme, je ne pouvais lui adresser la parole pour lui dire des banalités.
A suivre