Holy Motors (2012)

Film
  • Réalisation : Leos Carax
  • Genre : drame
  • Année : 2012
  • Durée : 2 heures
  • Avec : Denis Lavant (Oscar, le comédien) - Édith Scob (Céline, chauffeur de sa limousine et secrétaire)
L'histoire
Au début de sa journée de travail, Oscar demande à Céline, son chauffeur et assistante, combien de rendez-vous il a, il s'agit alors pour lui de se grimer selon le rôle qu'il doit jouer dans la grande limousine qui contient sa garde robe et son équipement de maquillage.

Mon avis
Evoquant, à mes yeux du moins, une vision très effrayante de la condition humaine, de ce que l'on est parfois capable de faire, de supporter pour gagner sa vie ou tout simplement pour survivre, voici un film qui pourra surprendre par son aspect très esthétique et complètement loufoque, un univers que je place entre le monde surréel de David Lynch ou l'absurdité de Jacques Tati. Oscar endosse plusieurs personnalités dans la limousine blanche, il y change de costume, se construit un autre visage. Il sort de lui-même grâce à ses ROLES, mais il a des doutes aussi, il se pose des questions, il a besoin d'être rassuré.

Le cinéma INCARNE la vie, les vies ; à moins que ce ne soit la vie qui s'empare du cinéma.

C'est ainsi que j'ai perçu ce film aux multiples interprétations possibles. L'INTERPRETATION est évidemment au coeur du sujet, si j'ose dire. Et il faut veiller à ce que l'homme, l'acteur, ne soit pas un jour remplacé par une machine.
"La beauté est dans l'oeil, dans l'oeil de celui qui regarde".
Je peux comprendre que l'on trouve ce film impossible à voir, il n'en reste pas moins un chef d'oeuvre de ce que peut être la création au cinéma, au sens large : les histoires, notre histoire, nos vies, nos rêves, dégoûts et espoirs, tout est lié dans notre conscient et subconscient. Le cinéma fait exploser tout cela dans un grand bruit de moteurs qui tournent...