06 mai 2017

[Feuilleton] Saimdang, Light's Diary - 2017 (Corée du Sud)

peinture de Saimdang

Seo Ji-Yoon, une conférencière d'histoire de l'art coréen découvre au cours d'un voyage en Italie, le journal intime de Sin Saimdang [신사임당], illustre peintre, poète, écrivain et calligraphe de l'époque Joseon [조선] (XVIème siècle). Dans le même temps, elle est démise de ses fonctions pour avoir mis en doute l'authenticité d'une peinture de An Gyeon (XVème siècle) qui s'avère être un faux. Le déchiffrement du journal de Saimdang va révéler son histoire romantique et tragique auprès de son grand amour Lee Gyeom, les deux amoureux ayant été séparés de force par la volonté du roi Jungjong. Seo Ji-Yoon doit faire face à la corruption qui entache l'honneur de son époux dont la société est mise en banqueroute. Suite à deux accidents, Ji-Yoon dans le coma va se retrouver à l'époque Joseon et ressentir un lien très fort avec Saimdang dont elle semble être la réincarnation. Progressivement, elle rassemble les indices qui révéleront la supercherie du faux paysage d'An Gyeon, aidée par une mystérieuse organisation mondiale nommée RADE dans laquelle travaille un séduisant photographe qui surveille Ji-Yoon depuis l'Italie jusqu'à la Corée .

Saimdang (Lee Young-Ae)
Bien que non dénué de défauts, cette série m'a enchantée durant pratiquement 2 mois ! La réalisation est remarquable, costumes, lumières, chansons, tout est réussi à commencer par l'incroyable beauté de ce couple artiste incarné par Lee Young-Ae et Son Seung-Heon absolument convaincants.

Ne sont à regretter que la longueur de la série : 28 épisodes d'une heure (30 épisodes étaient annoncés), quelques scènes rediffusées un peu trop nombreuses d'un épisode à l'autre. 
On passe aisément du présent au passé mais la majeure partie de cette série se passe durant l'époque Joseon (en France nous étions sous Louis XII pour établir un parallèle).
Gyeom (Song Seung-Heon)
Joseon. L'histoire d'amour de Saimdang et Gyeom prend un tour tragique alors que les jeunes gens allaient se marier mais que le roi Junjong décide de faire assassiner tous ses partisans à qui il a envoyé un poème dont il veut désormais détruire toutes les copies. Le père de Saimdang est l'un des partisans et en échange de quelques heures de survie, il est obligé de marier Saimdang à un jeune homme un peu dolent tandis que Gyeom est retenu prisonnier par sa tante et tutrice.
20 ans après, les deux anciens amoureux se retrouvent ; ils s'aiment toujours mais Saimdang, ruinée par son mari qui a dépensé leur fortune aux jeux, doit élever ses 4 enfants. Gyeom jure de toujours la protéger tandis que Saimdang va reprendre une fabrique de papier, déjouer les pièges de ses ennemis, commencer à faire commerce avec la Chine tandis que son art est de plus en plus reconnu, de même que celui de Gyeom lui aussi peintre.

A Séoul de nos jours, une conférencière voit sa vie basculer du jour au lendemain après avoir désavoué lors d'un colloque son mentor haut placé qui se venge en la renvoyant. Son époux est accusé d'avoir détourné l'argent de sa société alors que c'est un coup monté. L'histoire du passé et l'enquête du présent progressent tout en se télescopant : la lecture du journal de Saimdang que Ji-Yoon a trouvé en Italie indique la localisation de la véritable peinture et relate également l'histoire de son amour avec Gyeom.


Les adieux entre les amoureux :
Gyeom s'enfuit de Joseon et Saimdang lui confie son journal intime
Nous sommes de nombreux téléspectateurs à regretter que Saimdang et Gyeom, réincarnés en Ji-Yoon et en le mystérieux photographe n'ait pas été développée vers la fin afin de les faire se retrouver plusieurs siècles après leur séparation, mais cela est peut-être une autre histoire.


Saimdang reste une figure honorée en Corée, de nombreuses œuvres sont exposées dans les musées et son effigie est sur le billet de 50000 wons (40 €).


Cette série met en évidence la corruption, le travail et la reconnaissance des femmes, l'instruction, la croyance en son destin, le respect de l'autre et surtout des moins nantis que soi.

Homme en costume coréen "hanbok" par Rubens (1617)
L'histoire de Saimdang dans cette série est romancée car l'histoire n'indique pas que Gyeom ait existé... On découvre tout de même que Rubens a peint cette gigantesque toile (que va découvrir Ji-Yoon lorsqu'elle enquête en Italie).




Saimdang, Light's Diary [사임당, 빛의 일기] . Feuilleton en 28 épisodes d'une heure réalisés par Yun Sang-Ho avec Lee Young-Ae (Saimdang et Ji-Yoon) Song Seung-Heon (Lee Gyeom et le fondateur de RADE).Vu en coréen, sous-titré anglais


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés, ils seront donc visibles sur ce site après que j'ai pu en prendre connaissance.