Allergie aux PLV

Voici un ancien billet qui me tient à coeur et que je garde à part, car mon témoignage peut être une source de réconfort pour ceux qui se trouvent démunis devant ce problème.

Derrière ces 3 mystérieuses initiales se trouve un symptôme d’allergie aussi surprenant qu’embêtant : il s’agit de l’allergie aux protéines de lait de vache (P.L.V). Non, vous n’êtes pas sur le site de FAMILI ou TOP SANTE, juste sur celui d’une mère qui a galéré pendant plus d’un an pour nourrir son fils. Aujourd’hui cela s’arrange, c’est pourquoi j’ai envie d’écrire mon soulagement.


1er épisode : le refus

Tout commence avec le sevrage, mon bébé a 3 mois en septembre 2003 mais je dois reprendre le travail en octobre (après 4 mois de congés maternité + annuels cumulés). Je l’allaite et je décide donc de commencer à lui donner du lait maternisé. Il n’aime pas cela. Pour preuve les 1h30 de cris pour finalement boire 30 ml, c’est dur. Surtout qu’après il me faut aller tirer mon lait (que je congèle pour donner plus tard à la nounou).

2ème épisode : les boutons

De passage chez ma mère, elle remarque les boutons sur son visage, ses épaules, ses bras et ses jambes et me dit "ça fait longtemps qu’il a ça ?". Moi je réponds "c’est des boutons de chaleur" (rappelez-vous l’été 2003 et sa canicule !). Voyant son inquiétude, je finis par aller voir un médecin : diagnostic = allergie au PLV, confirmé plus tard par des tests cutanés chez l’allergologue et par prise de sang). Il faut lui donner du lait hypoallergénique (HA). Ensuite, j’ai testé le lait de soja (l’eczéma a empiré) et pour finir le lait spécial "grands allergiques". Celui là, mon fils s’en est contenté pendant quelques mois puis, vers 10 mois, il n’en a plus voulu (c’est vrai j’ai goûté, le goût est franchement infect).


3ème épisode : merci à la naturopathe

Grande habituée que je suis des boutiques BIO, je ne vais nulle part sans visiter la boutique BIO du coin s’il y en a une, et parfois rien que "pour voir comment c’est dedans", à la grande incompréhension -voire agacement- de mon mari. Je me promène donc ce soir-là dans mon magasin, quand une douce dame s’approche et propose ses services. Elle est naturopathe. Je lui raconte que je cherche de la crème à l’aloe vera (reconnue pour son hydratation de l’épiderme) pour l’eczéma de mon p’tit gars, puis je lui raconte que mon fils est allergique au lait. Elle me conseille le lait de riz. Chouette, voilà LE produit miracle. Mon bonhomme va enfin avoir quelque chose de bon à boire et il aime cela. Depuis ce jour plus d’eczéma !


4ème épisode : à l’hôpital de jour

Janvier 2005. Le rendez-vous pour 8h00 est pris depuis 2 mois sur les conseils du pédiatre, à l'hôpital Mignot (Versailles-Le Chesnay) pour une séance de réintroduction des protéines de lait de vache. L’enfant doit être à jeun (pas facile de le faire patienter alors qu'il prend son petit-déjeuner vers 6h30 le matin...). D’abord le premier test : quelques gouttes au coin de la bouche. 15 mn plus tard : RAS, on peut poursuivre. Alors là, mauvais passage : il faut le mettre sous perf’ ce qui signifie des piqûres ! Il en aura 6 en tout, car à chaque essai la veine claque… Bref, la dernière est la bonne, le voilà avec un gros bandage autour de la main et moi une recommandation à vous donner des sueurs : "Surtout il ne faut pas qu’il touche à sa main, sinon c’est la cata..." Connaissant mon gars je crains le pire mais finalement quelques minutes plus tard il oublie sa mimine. Le protocole suit son cours tout au long de la journée : 4, 8, 16, 32 gouttes de lait tous les quarts d’heure, puis un biberon, un yaourt, une purée, des petits fromages aux fruits. Pas de réaction, pas de bouton, pas de plaques rouges, ça a l’air de marcher. Génial, je vais enfin pouvoir varier ses menus ! Je repars en fin d’après-midi très heureuse.


Epilogue


Mon p’tit gars n’aime pas encore le goût du lait, mais ce n’est pas grave, je continue à lui donner son lait de riz le matin avec ses céréales au chocolat. En revanche je peux lui donner des petits "Gervais", des yaourts aux fruits, il adore ! Et puis terminé, le sachet de calcium à diluer quotidiennement qu’il n’aimait pas boire.



Mon sentiment

Il paraît que l’eczéma, c’est génétique. J’ai passé des heures à chercher, à naviguer sur pleins de sites médicaux le pourquoi du comment (c'est à ce moment là que j'ai découvert l'univers d'internet : ses passions, ses fantasmes, ses petites histoires...). De mon côté, jamais d’eczéma et j’adore le lait ! Chez mon mari, il y a effectivement eu de l’eczéma chez ses frères et ses neveux, mais jamais de diagnostique d’allergie au lait ! Dès le début de cette histoire, j’ai lu le livre Soyons moins lait où j’ai découvert que ce produit n’est pas si naturel que cela. L’homme n’est pas du tout fait pour le digérer. Mais notre société dit qu’il faut du lait, du calcium, alors quand on doit s’en priver c’est pas facile : il y en a partout ! Imaginez-vous devoir éliminer de vos repas cet aliment : pas de beurre, de crème, de gâteau… Mais chaque cas est unique, il faut chercher sa propre solution en essayant de faire au mieux pour le bien-être des siens.


Matt et son bandage



Deux ans plus tard...


Malgré toute l'inquiétude passée, Matth est aujourd'hui "sorti d'affaire" : il boit du lait "normal" (il a toujours refusé le lait de croissance et bien, nous nous en sommes passé...), il adore le beurre, le fromage...

Et il n'a plus jamais eu d'eczéma.