Dans ma maison vous viendrez d'ailleurs ce n'est pas ma maison, je ne sais pas à qui elle est, je suis entrée comme ça un jour il n'y avait personne (J.Prévert)

18 juillet 2017

[Feuilleton] My Sassy Girl - 2017 (Corée du Sud)


A l'époque Joseon, le très sérieux et impassible professeur Gyeon connu pour être le "trésor national de Joseon" revient du royaume de Chine où il vient de passer ces dernières années. Il croise la route d'une jeune femme ivre qu'il installe dans une chambre d'hôtel pour la nuit afin de la mettre à l'abri. Il ne tarde pas à comprendre qu'elle est en réalité la princesse Hye-Myeong, bien connue pour ses frasques et ses bêtises au grand désespoir du roi. Peu à peu les deux jeunes gens tombent amoureux tandis que la princesse cherche à comprendre ce qui est arrivé à sa mère, chassée du palais il y a 10 ans alors que Woo Gyeon qui a perdu la mémoire dans sa jeunesse cherche à aider la jeune femme à trouver la vérité.


Joie de retrouver ma période préférée pour les kdrama : Joseon est pour moi une période très inspirante où les femmes avaient, parfois, la capacité de vivre par elles-mêmes !

Ici il est question de secrets de famille, de manipulation, de crimes, d'amitié, d'amour, de fidélité, sans oublier un humour constant vraiment jouissif (ah ! les titres des romans dans la boutique-librairie : "Men over flowers", "Descendant of the sun" ou encore "The lover from the star" qui rappellent les plus gros succès des dramas coréens.
Très bons acteurs, superbes paysages et costumes. J'ai bien aimé !


My Sassy Girl
. Feuilleton coréen en 32 épisodes de 30 mn réalisé par Oh Jin Seok avec Joo Won (l'érudit), Oh Yeon-Seo (la princesse Hye-Myeong). Vu en coréen, sous-titré anglais 
Read More

[Roman] La végétarienne - Han KANG - 2007 (Corée du Sud)

Yeong-Hye (Yŏnghye en français) décide du jour au lendemain d'arrêter de manger de la viande après avoir fait un rêve brutal et sanglant qui l'a profondément choquée. Elle sombre progressivement dans une sorte de refus des besoins du corps humain au point de s'imaginer qu'elle est devenue un arbre.

La Végétarienne (point de vue du mari qui décrit la transformation de son épouse, 53 pages)
  • Une femme sombre lentement dans la folie après avoir fait un rêve qui lui fait avoir en horreur la nourriture animale. Tout débute lorsqu'elle vide le réfrigérateur de ses viandes et autres produits animaux devant son mari médusé. Elle maigrit considérablement, au point que son mari très inquiet est obligé d'en faire part à sa belle-famille qui n'est pas plus efficace pour la faire renoncer à son nouveau régime végétarien. Pire même : forcée d'avaler un morceau de viande, Yŏnghye tente de se suicider. Internée, son mari la retrouve presque nue dans le jardin de l'hôpital.
La tache mongolique (point de vue de son beau-frère, 69 pages)
  • Peu de temps après, Jae, son beau-frère est obnubilé par une vision érotique qu'il a de sa belle-soeur et cherche à filmer la scène érotico-artistique qu'il a imaginée avec des acteurs inconnus pour finalement persuader celle-ci de tourner le film avec lui. Le lendemain, leur film est visionné par Inhye, l'épouse de Jae qui les fait enfermer tous les deux.

Les Flammes des arbres (point de vue de sa soeur, 64 pages)
  • Quelques temps plus tard, Inhye rend visite à sa soeur à l'hôpital psychiatrique où le médecin lui explique qu'elle doit être transférée dans un service pour les anorexiques : Yŏnghye se prend pour un végétal et refuse de s'alimenter et n'accepte que de boire.

La végétarienne. Un roman en 3 parties, sorti en Corée en 2007 et en France en 2015 aux éditions Le Serpent à Plumes, traduit du coréen par Jeong Eun-Jin et Jacques Batilliot.

Toujours dans ma poursuite de la découverte de la littérature coréenne, j'ai lu ce livre en quelques jours. Je dois dire que Han KANG me fait penser à la version coréenne de Yoko Ogawa. De là à imaginer que cette auteur est une belle référence, il n'y a qu'un pas... qu'une page ! que je ne suis pas prête de finir de tourner ! 

-Il n'y a pas de chemise repassée ?
Pas de réponse. Fulminant, j'ai fourragé dans le panier à linge posé devant le salle de bain et j'en ai extrait la liquette que j'y avais jetée la veille. Heureusement, elle n'était pas trop froissée. J'ai posé une cravate autour de mon cou, comme une écharpe, j'ai enfilé mes chaussures, pris mon agenda et mon portefeuille. Ma femme, toujours dans la cuisine, restait invisible. Pour la première fois en cinq ans de mariage, je partais au travail sans qu'elle m'ait aidé et dit au revoir. (p.19)
Read More

[JIACO] Roissy en rade


Retour sur les conditions de circulation et surtout l'absence d'informations pour se rendre un soir du mois de juin à l'aéroport de Roissy "Charles de Gaule". Alors que j'avais prévu un maximum de 45 minutes pour rejoindre l'aéroport depuis ma banlieue sud-ouest de Paris un peu avant 22h, j'ai eu la désagréable surprise de constater que l'accès sur Paris depuis l'A12 était fermé ! Je passe par les villes de Rocquencourt jusqu'à Saint-Cloud en pensant rejoindre par le périphérique. Mais devinez ? Le périphérique était lui aussi fermé et ce, jusqu'à la porte Bagnolet (tout à l'est de Paris).
clic pour agrandir

Je suis donc obligée de passer dans Paris intra-muros et de naviguer à vue car mon GPS m'indique constamment de passer par le périphérique pour rejoindre l'A1. Trajet surréaliste dans de monstrueux bouchons partout où la voiture s'engage. Après de vaines tentatives pour nous repérer car tous les accès à l'A1 étaient fermés et qu'aucun panneau n'indiquait la déviation à suivre, mon époux a demandé à un taxi quel chemin suivre pour aller à Roissy. Le chauffeur nous a demandé de le suivre et on a fait une énorme boucle dans la campagne autour de Roissy, que jamais nous n'aurions trouvée par nous-même. Nous sommes arrivés à destination plus de 2h après être partis pour faire 60 km.

Je ne dis pas "Merci" à la DDE -ou plutôt à l'organisme qui a repris les fonctions- car il n'y avait aucune signalisation ni information sur internet pour indiquer les fermetures ce soir-là : j'ai vérifié. A l'heure où l'on est hyper connecté et informé de choses futiles et inutiles : est-ce si difficile d'indiquer les coupures de voies ? surtout celles qui mènent à un aéroport : lieu fréquenté s'il en est. Tout le monde n'a pas l'application Waze sur son smartphone ou iPhone. Sur le mien, impossible d e l'installer car trop gourmande en espace de stockage. Après avoir retrouvé notre voyageuse qui venait tout juste d'arriver : son avion en provenance de Londres avait plus d'une heure de retard ! nous avons choisis de rentrer chez nous par l'ouest de Paris en suivant la francilienne. Epuisés. Il est 1h30 du matin.
clic pour agrandir


JIACO : Journal Intime A Ciel Ouvert - avec l'aimable autorisation de mon amie des Roses de Décembre
Read More