Le crime de l’Hôtel Saint-Florentin - Jean-François PAROT


Le sujet
Louis XV est mort. Le lieutenant général de police Sartine est nommé secrétaire d'État à la Marine et dans la foulée, son successeur met Nicolas au placard avant de lui confier une affaire d'importance : une femme de chambre a été égorgée dans la maison de M. de Saint-Florentin, ministre du nouveau roi. Nicolas va mener de front plusieurs enquêtes qui lui sont confiées et à priori sans rapport entre elles. Dans les fermes des éleveurs de bestiaux, dans les dédales de l’hôpital de Bicêtre, où étaient rassemblés les fous et les contagieux, Nicolas va côtoyer des mondes de débauche, d'espionnage, de faux semblants qui ont tous une constante : garder sa place et ses avantages dans un monde en mutation.
Quoi qu’il en soit, la contagion de la maladie sévit chez les Bataves et a détruit la plus grande partie des bêtes à cornes de notre l’île. On tente bien, quand la chose est connue, d’enterrer les carcasses, mais il faut encore compter avec la tentation de les déterrer pour récupérer le cuir.

Le verbe
Il sortit son petit carnet noir, instrument indispensable de ses enquêtes. Une vague d’excitation le souleva ; c’était bien la fièvre habituelle du chasseur qui reprend la voie, la même ardeur qui le lançait au galop dans les halliers de la forêt de Compiègne.
Mon complément
A nouveau sous le charme de Jean-François Parot qui trouve dans cette nouvelle intrigue l’art de nous conter la vie en 1774. Paris et ses rues encombrées de véhicules et d'indigents.
Chaque jour, de pauvres hères arrivaient par la grand-route attirés par les prestiges et les mirages de Paris. Ils espéraient y trouver une solution à leurs malheurs ainsi qu’un terme à leur pauvreté.
Versailles et les usages de la cour.
Sous le vernis de l’homme de cour, sous l’exacte courtoisie du gentilhomme, la raideur et la froideur du procureur des choses obscures, assoupies et clapies comme des bêtes nocturnes, ressurgissaient parfois.
Manipulations politiques et mœurs débridées dans une société bourgeoise à la recherche du plaisir, même au prix d’atrocités. Et toujours ce savoureux mélange de mots et expressions qui se découvrent avec amusement. J’aime les détails des rues évoquées qui existent encore et qui permettent de suivre mentalement les trajets effectués à pieds, à cheval ou en calèche. L’hôtel de Saint-Florentin existe toujours sous le nom d’hôtel Talleyrand (au 2 rue Saint-Florentin à Paris), face au ministère de la Marine. Construit entre 1767 et 1769 par Jean-François Chalgrin pour le Comte de Saint-Florentin, ministre. Il est actuellement le siège du Consulat américain à Paris.



ancien hôtel St Florentin (Paris)

La conjecture de Fermat - Jean d'AILLON


Le sujet
L'histoire se situe fin 1643, alors que se prépare le congrès de Münster qui décidera des conditions de la fin de la guerre de Trente ans. Le comte de Brienne (secrétaire d'État aux Affaires étrangères) est en émoi : les dépêches codées qu'il envoie à ses ambassadeurs sont interceptées. Le bureau du Chiffre est dans la ligne de mire. Les répertoires secrets servant à la codification sont peut-être en possession de l'ennemi. Mazarin va demander au jeune Louis Fronsac d'enquêter à ses risques et périls, mais courageusement secondé par son fidèle Gaufredi, divers associés, sans oublier des femmes de tête !

Le verbe
Bien sûr, il ne faut pas que nos courriers tombent dans les mains de nos ennemis, ou se fassent voler leurs dépêches. Naturellement toute notre correspondance est chiffrée.
Aux premiers temps de la librairie, les livres étaient imprimés aux frais des auteurs et déposés chez des libraires. Ceux-ci n’étaient que des commerçants et l’auteur restait propriétaire de son œuvre.

Mon complément
De Paris à Toulouse, Jean d'Aillon nous balade dans de piètres carrosses cabossés qui cheminent cahin-caha sur des routes bordées de brigands pendus. Une originale et subjugante manière de découvrir la misérable vie des français de cette époque : saleté, sécurité très aléatoire des biens et des personnes. Une merveilleuse épopée qui nous fait rencontrer les grands logiciens de l'époque : Blaise Pascal, Pierre de Fermat, dont les raisonnements résonnent encore à nos esprits.

Sidérantes pages où l’on apprend que 26 est un nombre unique, non pas parce qu’il est le seul entier placé entre 25 et 27, mais entre un carré et un cube (25 est le carré de 5 et 27 est le cube de 3).

Un mot encore : quelle est donc cette conjecture de Fermat qui donne le titre à l'ouvrage ? Tout d'abord, il faut lire l'équation suivante : 52 = 32 + 42 (25 = 9 + 16) et annoncer la conjecture suivante :

  • un cube n'est jamais la somme de deux cubes

  • une puissance quatrième n'est jamais la somme de deux puissances quatrièmes

  • et plus généralement aucune puissance supérieure à 2 n'est la somme de deux puissances analogues.


Fermat aurait démontré cette conjecture, également connue sous le terme de "Diophante", ses calculs sont d'ailleurs évoqués dans le roman, mais il faudra attendre 1995 pour en retrouver la démonstration.

Lien externe

[Tourisme] La ferme ouverte, Bailly

Les moutons paissent paisibles
(sauf s'ils sont poursuivis par des enfants intrigués !)

Vers 18 heures : le service des repas attirent les enfants qui veulent "donner à manger aux lapins".

Pour le repas des cochons, on ne s'approche pas de trop près...
Ils sont assez imposants, et grognent !

Il y a aussi un âne

Léon

Non loin de là, le labyrinthe de maïs pour perdre les enfants dans des rires et des cris (des crises de rire !)

Un peu plus loin...le sentier découverte



Dans la forêt, plusieurs haltes où les enfants apprennent et observer la vie et les traces des animaux de la forêt.

Au loin, une silhouette chevaline...

...plus près.

Retour dans la cour, l'enclos des chèvres qui sont rentrées pour la nuit.

Au milieu de la cour, trois tracteurs pour la joie des paysans-amateurs !

Le secret des petits acrobates : des escaliers adaptés (et solidement fixés !).

Dans une aile du corps de ferme, des ateliers sont organisés (fabrication du miel, du jus de pomme, du beurre). Dans cette salle, c'est l'atelier du pain.

La cour intérieure de la ferme (partie privée).

Les murs sont très épais !

*Pour en savoir plus : le site ici
** environnement :