Baby Boom (1987)

Film
  • Réalisation : Charles Shyer
  • Genre : comédie
  • Année : 1987
  • Durée : 1h50
  • Avec : Diane Keaton (J.C. Wiatt) - Sam Shepard (Dr. Jeff Cooper) - Kristina et Michelle Kennedy (Elizabeth)
L'histoire
New York. Surnommée 'Tiger Lady", J.C. Wiatt vit pour et autour de son travail, de même son compagnon. Sa vie bascule le jour où un cousin éloigné meurt en lui laissant la garde de sa petite fille d'un an. J.C. tente de faire face à ses obligations professionnelles tout en désirant bien s'occuper de sa fille adoptive, mais voyant qu'elle est un peu mise de côté et que son avancement est reporté, elle décide de partir s'installer à la campagne où elle achète une grande maison entourée d'un verger. Elle commence à produire des petits pots  et très vite sa petite affaire devient un gros succès.

Mon avis
Revoir ce film 25 ans après sa sortie confirme que c'est une véritable comédie, qui a certes un peu vieilli : les musiques très années 80, les vêtements (j'ai porté la même chose dans mon jeune temps je ne les mettrai plus pour rien au monde : chemisier fermé ras de cou/jupe longue/taille serrée par une large ceinture !!!) mais honnêtement j'ai passé un très bon moment. Diane Keaton est tout simplement irresistible, il faut la voir porter la petite fille la tête à l'envers, ou encore tenter de mettre une couche. Petit rôle pour Sam Shepard qui n'entre en scène que dans la seconde moitié du film : il est le vétérinaire chargé de ranimer J.C. après qu'elle ait eu une crise de nerf et tombe sous le charme de cette New-Yorkaise qui le repousse sans ménagement avant de finir par succomber à son tour.

Une suite télévisée a été diffusée (13 épisodes de 88 à 89) avec Kate Jackson dans le rôle de J.C. et les jumelles Kristina et Michelle Kennedy dans leur même rôle de la fillette.

Coup de ♥ !

Hunted (BBC - 2012)

Série
  • Création : Frank Spotnitz
  • Genre : espionnage
  • Année : 2012
  • Télé : BBC
  • Durée : 8 épisodes de 60 mn
  • Avec : Melissa George (Sam/Alex) - Adam Rayner (Aidan) - Patrick Malahide (Jack Turner) - Stephen Campbell Moore (Stephen Turner) - Oscar Kennedy (Edward Turner)
L'histoire
Sam, une espionne, échappe de peu à la mort lors d'une mission à Tanger, trahie pense-t-elle par son propre camp : une organisation nommée Byzantium et surtout son amant Aidan dont elle attendait l'enfant. Restée un an à l'ombre pour se reconstruire et se préparer à reprendre du service, elle demande à reprendre sa place espérant découvrir qui a voulu la tuer et pourquoi. Sa première mission "de réintégration" consiste à approcher Stephen Turner, le fils veuf de Jack Turner, un industriel véreux qui réussit à faire fortune mystérieusement. Sam devient donc "Alex", une passante providentielle qui empêche l'enlèvement d'Edward, le fils de Stephen âgé d'une dizaine d'années. Voyant que son fils semble attaché à Sam/Alex, Stephen ne tarde pas à l'embaucher pour qu'elle devienne la tutrice de son fils, ainsi qu'une présence féminine rassurante.

Mon avis
J'ai regardé le premier épisode avec la crainte d'une histoire mal ficelée comme la plupart des récits d'espionnage qui s'éparpillent. Au final, j'ai regardé les épisodes suivants avec un intérêt croissant (tout en regrettant que l'héroïne ne soit pas une meilleure actrice !). Heureusement que les épisodes durent 1 heure, cela laisse le temps de balayer les différents histoires. Sam et les retrouvailles avec son "ex" Aidan qui l'a trahie, Sam et ses souvenirs d'enfance (elle aurait été témoin de quelque chose de pas très net et séquestrée dans un endroit étrange), Sam et son élève qui la prend d'affection, Sam et Stephen qui tombe amoureux de la jeune femme...avant de s'apercevoir que c'est une espionne. Le suspens est assez bien mené, les épisodes sont globalement agréables à regarder, qualité des endroits de tournage. Les derniers épisodes font monter la pression tandis que Sam cherche désespéremment à comprendre qui veut sa mort...et pourquoi !
Sam et Aidan / Sam, Edward et Stephen Turner

Il y aura une suite américaine (sur la chaîne Cinemax) car la BBC ne souhaite pas poursuivre les aventures de Sam que l'on quitte un peu avec regret car tout n'est pas expliqué loin de là ! 

Par exemple, nous ne savons toujours pas le "secret" que connaît Sam depuis son enfance (on s'en doute seulement avec l'apparition d'un homme au doigt coupé dans certains plans du passé de Sam et du présent - spoiler = sélectionner le texte entre crochet [ dans l'entourage du grand patron de la société Polyhedrus]. Nous ne savons pas non plus la réelle identité d'Aidan, l'ex de Sam (un ancien de l'IRA ??? encore un mystère). Nous savons juste que Sam est un témoin gênant dont veut se débarrasser une très puissante conspiration mais qu'elle est également aidée par un mystérieux homme qui la sauve à plusieurs reprises (qui est-il ????). Nous restons sur notre fin et j'espère que la suite sera explicite sur ces points.

AMELIORER LE MONDE

La connaissance améliore-t-elle le monde ? Voilà le genre de question que j'aimerai voire débattue par ceux qui s'en sentent capables. Moi, j'y ai réflechi ce matin en pendant le linge, je ne sais pourquoi ce genre de réflexion arrive en un moment complètement aléatoire. Faire des choses répétitives et sans valeur ajoutée me donne peut-être l'occasion de laisser une part de moi vagabonder, tandis que l'autre maîtrise le choix des pinces et le claquement des vêtements qui doivent sécher bien tendus pour ne pas avoir besoin d'être repassés.

Petite, j'aurai tant voulu que mes connaissances améliorent le monde. Je n'y suis pas parvenue, je pense tout de même avoir réussi à améliorer mon monde.

Si la réponse globale est affirmative, oui la connaissance améliore le monde, ce monde amélioré rend-il plus heureux ? Peut-être pas.

Plan de table (2012)

Film
  • Réalisation : Christelle Raynal
  • Genre : comédie fantastique
  • Année : 2012
  • Durée : 1h20
  • Avec : Louise Monot (Marie) - Lannick Gautry (Eric) - Audrey Lamy (Marjorie) - Elsa Zylberstein (Catherine) - Franck Dubosc (Pierre) et bien d'autres
L'histoire
Eric et Marie s'aiment depuis 5 ans et aujourd'hui, c'est le mariage de Marie avec...un autre ! Eric et Marie s'aiment une dernière fois sur l'une des tables d'invités et en mélangent les cartons. Eric les replace au hasard, ce qui conduit à une situation catastrophique, il remonte alors le temps et tente de donner un coup de pouce au destin, c'est pire ! La 3ème tentative pourrait être la meilleure.

Mon avis
Je n'ai pas aimé. Je n'ai pas trouvé cela ni asticieux, ni comique, c'est long et mal joué, les situations sont complètement invraisemblables et je ne parle pas de l'aspect "voyage dans le temps".
Par ailleurs, je lis que Elsa Zylberstein a reçu le Prix d'interprétation féminine au Festival de l'Alpe d'Huez (récompense l'humour) en 2012, franchement, pour moi Audrey Lamy est bien meilleure "comédienne" dans ce film !!!!!!

On peut oublier ce film qui n'a aucun intérêt.

La cerise sur le gateau (2012)

Film
  • Réalisation : Laura Morante
  • Genre : comédie
  • Année : 2012
  • Durée : 1h20
  • Avec : Laura Morante (Amanda) - Pascal Elbé (Antoine) - Isabelle Carré (Florence) - Frédéric Pierrot (Hubert)
L'histoire
Amanda craint de s'installer avec Hubert, son amoureux du moment, car il ne fait pas vraiment attention à elle et persiste à oublier ce qu'elle aime et ce qu'elle n'aime pas ! Son amie Florence invite Amanda au Réveillon en la rassurant : tout le monde va venir en couple sauf Maxime, un collaborateur homosexuel, qui finalement ne vient pas et est remplacé en dernière minute par Antoine qui lui se sépare de sa femme. Amanda s'intéresse de près à Antoine qu'elle trouve tout à fait charmant... 

Mon avis
Un film pas très drôle, trop très long ! "Tout ça pour ça" j'ai envie de dire car je me suis ennuyée ferme ; les dialogues sont très moyens, les situations invraisemblables. Isabelle Carré joue bien, c'est dans ce genre de film que l'on peut faire la différence entre ceux qui jouent bien la comédie et ceux qui font acte de présence.
On passe.

Lilyhammer (NRK, 2011)

Feuilleton
  • Création : Anne Bjørnstad et Eilif Skodvin
  • Genre : comédie
  • Année : 2011
  • Télé : chaîne norvégienne NRK
  • Langage : norvégien et anglais
  • Durée : 8 épisodes 45 mn (saison 1)
  • Avec : Steven Van Zandt (Frank Tagliano/Giovanni Henriksen) - Marian Saastad Ottesen (Sigrid Haugli)
L'histoire
Le mafieux Frank Tagliano accepte de témoigner contre ses patrons en échange d'un programme de protection de témoin et demande à être installé en Norvège, plus particulièrement à Lillehammer qu'il a découvert lors des jeux olympiques de 94. L'adaptation s'avère rude : non seulement à cause du langage -mais heureusement pour lui les norvégiens parlent l'anglais- mais surtout les coutumes. Après quelques temps, il comprend que certaines méthodes plus ou moins frauduleuses vont lui permettre de lui rendre la vie plus facile, car le Norvégien sous un aspect d'abord formel respectueux des règles, peut également se révéler malhonnête.

Mon avis
Très bonne surprise que cette série qui nous emmène au pays de la neige et des têtes de mouton cuisinées. La "gueule" de l'acteur principal, très "you're talking to me" à la manière de De Niro est tout simplement incroyable : pince sans rire il arrive toujours à ses fins dans un esprit souvent détourné proche de la mafia dont il reproduit peu à peu les agissements dans un nouvel environnement où tout le monde a finalement quelque chose à vendre, ou à échanger, y compris  des secrets à cacher. Franck tire les ficelles mais il prend tout de même le temps de vivre sa vie, tomber amoureux (Sigrid) et même de fonder une famille. Je me suis bien amusée, j'ai appris plein de choses sur la Norvège : un pays de traditions dont nous pourrions fortement nous inspirer !

Une saison est prévue pour 2014.

You Instead / Tonight You're Mine (2011)

Film
  • Réalisation : David Mackenzie
  • Genre : comédie (UK), film musical, romance
  • Année : 2011
  • Durée : 1h15
  • Avec : Luke Treadaway (Adam) - Natalia Tena (Morello) - Joseph Mydell (The Prophet)
L'histoire
Ecosse, lors du festival de musique "T in the Park"', deux groupes entament une dispute lorsqu'arrive un mystérieux prophète qui, pour les calmer, propose une ronde de prière et finit par menotter les deux individus qui lui tiennent la main : Adam l'un des deux chanteurs du groupe américain "The Make" et Morello, la chanteuse d'un groupe de filles inconnu : "The Dirty Pinks". Après avoir tenter de se libérer de leur entrave, les deux chanteurs consentent à faire la paix et décident de s'amuser malgré tout, ce qui n'est pas du goût de leurs compagnons respectifs. Au terme d'une vingtaine d'heures accrochés l'un à l'autre, ils découvrent qu'ils sont faits l'un pour l'autre.


Mon avis
Une belle surprise que ce film découvert par hasard et qui m'a interpellé par son titre américain "Tonight You're Mine". Notons que les deux titres sont d'ailleurs des titres de chanson reprises par le groupe "The Make" dans le film, lequel groupe existe réellement, ce sont cependant les acteurs qui donnent de leur voix. Si vous aimez les comédies romantiques et si vous n'avez pas peur de la musique rock, ce film est à vous !
affiche américaine

Rembrandt (1998)

Film
  • Réalisation : Charles Matton
  • Genre : drame (France)
  • Année : 1998
  • Durée : 1h40
  • Avec : Klaus Maria Brandauer (Rembrandt van Rijn) - Johanna ter Steege (Saskia Uylenburgh) - Romane Bohringer (Hendrickje Stoffels) - Jean-Philippe Écoffey (Jan Six) - Franck de la Personne (Hendrick Uylenburgh)
L'histoire
Amsterdam. Rembrandt van Rijn vieillissant et désabusé, se souvient de ses débuts. 1633. Il est alors encouragé par Hendrick Uylenburgh qui lui fait connaître la bonne société, apprécié de Jan Six qui lui commande ses premières toiles. Rembrandt tombe amoureux de Saskia dont il doit dessiner le portrait et l'épouse. Mais Rembrandt est un homme impulsif, très avant-gardisse, pas du tout religieux, il croit en une certaine éthique, déteste les profiteurs, l'esclavagisme, refuse toute compromission, se moque de choquer ses contemporains et d'être excommunié, ce qui va progressivement causer sa chute.

Mon avis
L'histoire est très intéressante, images, musiques et scénario concourrent à la plongée du spectateur dans cette époque du XVII ème siècle. Le film est très beau, très belle photographie, les acteurs  sont tout à fait ressemblant aux portraits qui nous restent des personnages qu'ils jouent. Quelques longueurs parfois mais rien de bien répréhensible car j'ai apprécié la découverte de ce film que je n'avais jamais vu. Je pense que c'est pourtant un film tout à fait honorable et permettant de découvrir le peintre dans son époque, une société très "à cheval" sur les principes.
Rembrandt autoportrait et incarné par Klaus Maria Brandauer
A voir !

Le Festin de Babette (1987)

Film
  • Réalisation : Gabriel Axel
  • Genre : drame (danois)
  • Adaptation d'une nouvelle de Karen Blixen
  • Titre original : "Babettes Gæstebud"
  • Année : 1987
  • Durée : 1h40
  • Avec : Stephane Audran (Babette) - Bodil Kjer (Filippa) - Birgitte Federspiel (Martina) - Jean-Philippe Lafont (Achille Papin)
L'histoire
Danemark, 1871. Sur la côte sauvage du Jutland, Babette, trouve refuge chez Filippa et Martina, deux soeurs, filles d'un pasteur à présent décédé, et anciennes connaissances d'Achille Papin, un ancien chanteur d'opéra parisien ayant séjourné chez elles dans leur jeune temps. Babette fuit la répression de la Commune de Paris durant laquelle son mari et son fils ont péri. Cette ancienne chef cuisinière du Café Anglais, un restaurant parisien renommé, s'adapte à l'austérité de train de vie des vieilles dames, mais tente peu à peu d'améliorer leur ordinaire tout en ne dépensant pas plus. 14 ans passent, le seul lien que Babette garde avec la France est un billet de loterie qu'un ami lui prend chaque année. Un jour, Babette apprend qu'elle a gagné le gros lot de 10 000 francs. Elle décide d'offrir un "vrai dîner français" comme au temps du Café Anglais à l'occasion du centenaire de l'anniversaire de leur père que les soeurs vont prochainement fêter en compagnie de leur dix plus proches fidèles.

Mon avis
Un film sublime. Su-bli-me, je dis bien. Toujours vu et revu non sans une larme, que je mets sur le compte d'une interprétation émouvante, le script également, notamment les parties au sujet des artistes et de leur "richesse", ou encore l'austérité du décor face à l'enthousiasme simple et chaleureux du don de soi.
le vrai dîner français offert par Babette
Ce film ne m'inflige pas que des larmes, je ris aussi, par exemple lorsque les Danois craignent la colère divine s'ils se risquent à se régaler des mets (et des vins !) auxquels ils vont goûter pour la première -et sans doute dernière- fois de leur vie ; "Ce doit être une sorte de limonade" dit une dame au sujet du Champagne...

Un "film coup de ♥" !

La sentinelle (1992)

Film
  • Réalisation : Arnaud Desplechin
  • Genre : drame (France)
  • Année : 1992
  • Durée : 2h20
  • Musique : Marc Oliver Sommer
  • Avec : Emmanuel Salinger (Mathias Barillet) - Marianne Denicourt (Marie, sa soeur) - Thibault de Montalembert (Jean-Jacques l'ami diplomate) - Emmanuelle Devos (Claude, celle dont Mathias tombe amoureux) - Valérie Dréville (Nathalie, l'amie de Marie)  - Philippe Duclos (Macaigne : le "non-prof" en salle d'autopsie, un acteur que j'aime beaucoup !) - Mathieu Amalric (un tout petit rôle d'étudiant dans la même salle)
L'histoire
Allemagne années 90. Mathias quitte sa mère veuve d'un diplomate français afin de poursuivre ses études de médecine légale à Paris. Dans le train, alors qu'il voyage en compagnie de son ami Jean-Jacques, un diplomate, Mathias se fait contrôler ses papiers et sous prétexte d'une vérification dans le compartiment bagages, est pris à partie par un inconnu dans la cinquantaine qui se prétent être un agent de la Sécurité (du territoire) ; celui-ci le laisse finalement repartir non sans avoir fouillé sa malle et lui avoir tenu des propos incohérents sur la justice, la mémoire. Une fois arrivé dans son hôtel, Mathias découvre dans sa valise la tête momifiée d'un inconnu. Sa présence, qui demeure un mystère, le préoccupe d'autant que son installation dans la vie parisienne le bouleverse. En cachette, il entreprend d'analyser la tête dans le laboratoire de la morgue, afin de déterminer la provenance de celle-ci et peut-être les circonstances de la mort.

Mon avis
"La sentinelle" est sans doute un film du genre elliptique, qui traite d'un sujet en longeant les rives d'un autre ; qui trace une frontière, une ligne entre l'est et l'ouest.
Parce qu'il est le fils d'un diplomate et navigue dans ce milieu, un jeune homme plutôt introverti et sans histoires se retrouve impliqué dans le réglement de comptes personnel d'un ancien espion. Sa nature sensible et sa fragilité émotionnelle due à son installation dans un pays qu'il découvre et auquel il met du temps à s'adapter - et ce, malgré l'aide et la volonté de sa soeur à l'intégrer dans un monde d'amusements - le pousse à résoudre l'énigme de la tête momifiée car il est tenaillé par sa conscience. Un très beau film qui a des raisonnances particulières pour moi, car j'ai le même âge que l'acteur principal (à un mois près), revoir ce film me rappelle à cette époque de notre (relative) jeunesse, alors que je vivais moi même sur Paris dans la même période.

(Pas pour tout public)

La double vie de Véronique (1991)

Film
  • Réalisation : Krzysztof Kieślowski
  • Genre : drame
  • Année : 1991
  • Musique : Zbigniew Preisner
  • Durée : 1h40
  • Avec : Irène Jacob (Weronika/Véronique) - Philippe Volter (Alexandre) - Halina Gryglaszewska (Tante) - Jerzy Gudejko (Antek) - Claude Duneton (père de Véronique)
L'histoire
A Cracovie, Weronika vit sa passion pour la musique sans vraiment savoir qu'elle est atteinte d'une grave maladie cardiaque. Elle meurt sur scène alors qu'elle entame un magnifique solo de choriste. Nous rejoignons Véronique, son double, qui vit à Clermont-Ferrand. Elle est professeur de musique, a cru une fois apercevoir une jeune femme qui lui ressemblait étrangement lors d'un voyage à Cracovie...une étrange sensation depuis cette rencontre la tenaille et la rassure : elle n'est pas seule au monde. Ayant la pesante sensation d'avoir perdu un être cher (sans savoir que son "double" vient de mourir), Véronique entreprend de se consulter et découvre qu'elle a un problème au coeur.

Mon avis
A chaque fois que je regarde ce film (c'est l'un de mes "films de chevet") je perçois un nouveau détail (musique, couleur, atmosphère,...) ; c'est dire que je l'ai vu et revu un certain nombre de fois ! Un récit sur les présages et les intuitions, mais encore le thème du double qui influe sur l'autre. Une femme va profiter de l'expérience d'une autre, disparue prématurément, recevant l'aide surréaliste d'Alexandre, un étrange marionnetiste un peu farceur.

A voir !

The Bletchley Circle (ITV - 2012)

Feuilleton en 3 parties
  • Réalisation : Andy De Emmony
  • Genre : policier, espionnage
  • Année : 2012
  • Télé : chaîne anglaise ITV
  • Durée : 3 épisodes de 45 mn
  • Avec : Anna Maxwell Martin (Susan) - Rachael Stirling (Millie) - Julie Graham (Jean) - Sophie Rundle (Lucy)
L'histoire
Angleterre, 1952. Susan, une mère au foyer pense pouvoir arrêter les crimes d'un tueur en série qui s'en prend à des femmes, les tue avant d'abuser d'elles. La police ne prenant pas ses réflexions au sérieux, elle décide de le débusquer avec l'aide de ses trois anciennes collègues de Bletchley, le département du déchiffrage où elles travaillaient durant la guerre.

Mon avis
Pas mal du tout cette histoire qui sous prétexte d'une enquête sur un tueur en série, montre également la place des femmes dans la société d'après-guerre : elles qui avaient le droit de travailler ne sont plus, en temps de paix, qu'épouse et mère avant toute chose.
"You're a mother. It has to come first."
lui déclare l'époux de Susan quand elle rentre tard ; le même ne libère la jeune baby-sitter que lorsque sa femme arrive (il n'est pourtant pas difficile de "garder" des enfants qui sont déjà au lit !). Bon il se rattrape un peu car il propose tout seul d'emmèner ses enfants à la piscine, histoire de laisser Madame à ses petites occupations de tricot ou de mots croisés, croit-il.... Quant au mari de Lucy, il la bat comme plâtre lorsqu'il aperçoit un énorme bleu à sa cuisse, imaginant qu'elle le trompe, alors qu'elle vient de servir d'appât et a manqué de se faire violer et tuer... Bravo la mentalité !
L'histoire policière en elle-même est assez classique : un homme déjà pas très clair dans sa tête, finit par devenir un tueur après être resté 3 jours enterré vivant après un bombardement, en compagnie du cadavre de la femme dont il convoitait l'amour ; c'est sûr que cela n'arrange rien.
Un intéressant feuilleton servi par de bonnes actrices. J'ai particulièrement apprécié les décors intérieurs,  principalement le bureau d'étude que les 4 amies s'installent pour épingler le tueur.


Rebus (ITV - 2000)

Série (téléfilms)
  • Création : Ian Rankin
  • Genre : policier
  • Année : diffusion de 2000 à 2007
  • Télé : chaîne écossaise STV Productions
  • Durée : 14 épisodes sur 4 saisons
  • Avec : John Hannah pour 4 épisodes (saison 1) puis Ken Stott (John Rebus)
L'histoire
Edimbourg. Nous suivons les enquêtes de l'inspecteur Rebus, adaptées des romans policiers de Ian Rankin (prostitution, pédophilie, il est souvent question de trafic humain dans les enquêtes de l'Ecossais).

Mon avis
Les 14 épisodes (qui durent entre 60 mn et 1h40 en saison 1) sont les adaptations des 14 romans de Ian Rankin :
  1. Black and Blue  
  2. The Hanging Garden  
  3. Dead Souls  
  4. Mortal Causes  
  5. The Falls  
  6. Fleshmarket Close  
  7. The Black Book  
  8. Question of Blood  
  9. Strip Jack  
  10. Let It Bleed  
  11. Resurrection Men  
  12. The First Stone  
  13. The Naming of the Dead  
  14. Knots and Crosses (ma critique du livre sur ce lien)
John Hannah incarne un Rebus plus "lumineux" si je puis dire que celui que j'ai imaginé à la lecture de Rankin et ce n'est pas pour me déplaire. Les images sont belles, la musique adaptée sans être envahissante. A partir de la seconde saison, les acteurs principaux changent : Ken Scott devient le second interprète pour Rebus , il incarne de fait l'inspecteur tout à fait comme je l'ai inventé : plus âgé, moins séduisant et complètement "bordélique". J'ai apprécié cette série : j'adore l'accent écossais, il y également beaucoup de paysages sur Edimbourg, une ville à l'atmosphère très particulière.
A découvrir !

Mockingbird Lane (NBC, 2012)

Pilote
  • Réalisation : Bryan Singer
  • Genre : fantastique, comédie
  • Année : 2012
  • Télé : chaîne américaine NBC
  • Durée : 1 seul épisode "pilote" de 40 mn
  • Avec : Jerry O'Connell (Herman) - Portia de Rossi (Lily) - Eddie Izzard (Grandpa "Sam Dracula") - Charity Wakefield (Marilyn) - Mason Cook (Eddie)
L'histoire
Les Munster sont tous des êtres monstrueux : Herman est une créature recousue de partout, son épouse Lily et son beau-père sont des vampires, leur fils Eddie est un loup-garou qui ignore sa véritable nature, sa famille doit le lui révéler car il commence à poser des questions.

Mon avis
Une sympatique tentative de faire une série fantastique mais dans le genre comique, dans la veine "famille Adams". Les décors sont superbes, l'atmosphère est soignée pour ce remake de la série de 1964 "The Munster" dont il reprend l'adresse au "1313 Mockingbird Lane" comme inspiration au nouveau titre.
J'adore ce genre de divertissement loufoque c'est pourquoi je trouve dommage qu'il n'y ait pas de suite.

The Munster, version 1964

Hebburn (BBC - 2012)

Feuilleton
  • Création : Jason Cook
  • Genre : comédie
  • Année : 2012
  • Télé : chaîne anglaise britannique
  • Durée : 6 épisodes de 30 mn
  • Avec : Kimberley Nixon (Sarah) - Chris Ramsey (Jack) - Gina McKee (Pauline) - Vic Reeves (Joe) - Pat Dunn (Dot)
L'histoire
Jack and Sarah se sont mariés sur un coup de tête à Las Vegas. De retour en Angleterre, il faut expliquer cela à Pauline et Joe, les parents de Jack et à Dot la grand-mère.

Mon avis
Une série hilarante ! Entre la grand-mère Dot, la soeur de Jack et tous les "amis" de la bourgade de Hebburn, le jeune couple va devoir s'adapter à une situation qu'ils n'avaient pas envisagé : Jack ayant quitté son boulot de journaliste croyant à sa bonne étoile et à l'édition de son roman, il se retrouve sans travail, sans argent et accepte de fait d'être hébergé un temps chez ses parents. Le couple se retrouve ainsi quand réelle intimité dans l'ancienne chambre de Jack. Hautement recommandable.

The Mentalist (CBS depuis 2008)

Série
  • Création : Bruno Heller
  • Genre : policier
  • Année : 2008
  • Télé : chaîne américaine CBS
  • Durée : 24 épisodes de 40 mn par saison
  • 5 saisons à ce jour
  • Avec : Simon Baker (Patrick Jane) - Robin Tunney (Teresa Lisbon)
L'histoire
Un ancien illusionniste décide d'aider la police à retrouver la piste de "Red John" (John le Rouge en VF) l'assassin de sa femme et de sa petite fille et se propose d'être "consulant" du CBI : le California Bureau of Investigation. Il fait équipe avec Teresa Lisbon, la chef du bureau.

Mon avis
J'avoue avoir été séduite par cette série découverte "sur le tard" c'est à dire cette année, avec la 5ème saison. J'en aime le côté comique : les relations de Patrick Jane avec les policiers qu'il assiste, son jeu de chat et de souris avec les "coupables" qu'il arrive à cerner grâce à son don d'observation. Le "couple" qu'il forme avec Teresa Lisbon est sympatique quoiqu'un peu stagnant, il est temps qu'au bout de 5 saisons, il se passe éventuellement quelque chose (je suis du genre fleur bleue) entre ces deux-là, pourtant, je ne peux m'empêcher de croire qu'il ne se passera rien, bien que Patrick ait plus ou moins avoué son amour pour Teresa lors d'un mémorable épisode.
Teresa Lisbon (Robin Tunney) et Patrick Jane (Simon Baker)
La saison 6 est programmée pour septembre 2013 aux USA.