15 juillet 2020

[ACTRICES] Mes actrices coréennes préférées (top 5)

Certains diront qu'elles se ressemblent.

Physiquement c'est juste : visage pâle et cheveux lisses et noirs. Mais leurs voix ! leur jeu ! tout en elles est différent et j'ai appris à les aimer au fil du temps et des différents films ou séries vus.

Voici l'ordre préférentiel auquel je pense à cet instant mais il est difficile de les "classer" car elles sont toutes mes préférées.

En numéro 1, je choisis Oh Yeon Seo que j'ai découverte dans "Please Come Back, Mister" où elle est d'une drôlerie incomparable (elle joue le rôle d'un homme réincarné en femme !)
Oh Yeon Seo
Et je l'ai revue ensuite dans A korean odyssey ainsi que dans la série My sassy girl.


En numéro 2 : il y a Gianna Jun que j'ai vue dans la série My love from the stars une série comique incontournable à mon humble avis, mais aussi dans le feuilleton Legend of the blue sea (ce n'est pas mon kdrama préféré), et le film The thieves et My sassy girl en version film (que je n'ai pas chroniqué dans ce blog).
Gianna Jun

En troisième position je place Park Shin Hye vue dans You're beautiful ou Doctors et ici chroniqués (suivre les liens en gras) mais aussi "Memories of the Alhambra" ou encore "Pinocchio" (non chroniqués) : je trouve que c'est la plus belle/jolie mais ce n'est pas la meilleure actrice surtout dans ses premiers dramas.
Park Shin Hye

En quatrième place il y a Hwang Jeong Eum qui joue dans She was pretty et surtout Kill me heal me (vu 3 fois !) ; je viens de regarder son dernier drama "Mystic Pop-up Bar" où elle est vraiment encore une fois fantastique (drama non chroniqué car je n'ai malheureusement pas le temps d'écrire tout ce que je voudrais et je dois faire des choix dans mon temps passé sur l'ordinateur).
Hwang Jeong Eum

en cinquième position je ne peux départager : Gong Hyo Jin ex aequo avec Kim So Yeon !
Gong Hyo Jin
Kim So Yeon

Gong Hyo Jin est unique en son genre, son jeu est plutôt dans la comédie où elle est excellente : The greatest love ou encore It's OK it's love.

Kim So Yeon est également une bonne actrice, vue dans peu de dramas mais je l'ai bien appréciée dans I need romance et dans Falling for innocence.

02 mai 2020

[Feuilleton] The Mandalorian (2019)


"Mando" est un chasseur de primes mandalorien, de la planète Mandalore, mais c'est aussi un humain qui a été adopté et qui a juré de ne jamais monter son visage devant un être vivant. Lorsqu'il est embauché pour ramener une "cible" de 50 ans qui s'avère être un bébé de la race de Yoda, la mandalorien décide de le sauver des griffes de son commanditaire et s'attire alors des ennuis avec ceux qui le pourchassent lui et son protégé.

Avis

Je ne suis pas fan de l'univers des Star Wars, films devant lesquels je m'endors invariablement, au son des lasers ou des grognements de Chewbacca. Mais pour "the mandalorian", j'étais bien éveillée, de toute façon chaque épisode dure 45 mn. J'adore ! Le scénario est tel que je l'ai résumé supra, simple et efficace, ce qui me plait c'est de voir le revirement d'un chasseur de primes qui semble indestructible dessous son armure en Beskar, un métal précieux dont se servent les mandaloriens pour compléter leur protection.
  • Réalisateur : Jon Favreau
  • Un feuilleton en 8 épisodes de 45mn chacun sur https://www.disneyplus.com/
  • Acteurs
    • Pedro Pascal : le Mandalorien (on voit son visage au 8ème épisode)
    • Gina Carano : la mercenaire, ancienne soldat Cara Dune


01 mai 2020

[Feuilleton] Parlement (2020)


Samy (Xavier Lacaille), un jeune assistant parlementaire débarque à Bruxelles où il est dès son arrivée chahuté, y compris par Michel Specklin (Philippe Duquesne) l'eurodéputé qu'il doit assister mais qui se révèle incompétent pour lui servir de mentor.
Michel : "Ca fait trois ans que je suis ici. C’est pas maintenant que je vais demander comment ça marche !"
Le premier jour de son arrivée, Samy récupère - à l'insu de son plein gré - un dossier complexe qu'il doit instruire : ne sachant comment faire adopter un amendement au Parlement européen en six mois, il demande de l'aide à de jeunes assistants parlementaires de son âge mais même eux ne sont d'aucun conseil, que ce soit l'anglaise Rose (Liz Kingsman) qui doit gérer son eurodéputée dépressive au lendemain de vote du Brexit, ou encore Torsten (Lucas Englander) l'allemand. Il trouve finalement de l'aide grâce au fonctionnaire impassible (William Nadylam) qui lui prodigue sentences et remarques qui vont stimuler l'esprit vif et critique de Samuel.


Voici un feuilleton qui m'a vraiment passionnée, j'ai beaucoup ri aux mésaventures de Samuel mais j'ai aussi applaudit intérieurement lorsqu'il s'en sortait. Une bouffée d'air originale sur le monde de jeunes actifs engagés. A voir de toute urgence !
  • 10 épisodes de 30 mn environ sur france.tv
  • Idée originale Noé Debré
  • distribution :
    • Xavier Lacaille : Samy
    • Philippe Duquesne : Michel, son eurodéputé
    • Liz Kingsman : Rose
    • William Nadylam : Eamon
    • Christiane Paul : Ingeborg
    • Lucas Englander : Torsten
    • Jane Turner : Sharon la députée anglaise
    • Niccolo Senni : Guido, le lobbyiste italien

18 avril 2020

[Roman] La disparition du coeur des symboles de Miguel MIRANDA (2015)


Porto. Le détective privé Mário França est invité par un architecte, également organiste de l'église de Lapa, à assister à une cérémonie commémorative en l'honneur de la relique du cœur du roi Dom Pedro IV exceptionnellement présentée à la délégation venue du Brésil et d'Uruguay en présence de la Confrérie de Lapa qui s'occupe des liens entre les pays. Il y est alors témoin de deux faits extraordinaires : le décès soudain de l'organiste qui s'écroule sur son instrument et la disparition de la relique. Il est peu après engagé par trois clients : la confrérie de Lapa et la délégation veulent retrouver la relique, puis la petite-amie de l'architecte-organiste qui pense qu'il s'agit d'un meurtre. Aidé de son équipe d'assistants, tous plus étranges et peu recommandables les uns que les autres, et même d'un pigeon voyageur, le détective se lance dans une enquête liée à l'histoire du Portugal du XIXème siècle.

Avis


Intéressée par un résumé alléchant, j'ai choisi ce livre au hasard de mes déambulations dans ma petite librairie de village.

Si la forme est travaillée : un très beau style, j'ai rapidement déchanté au bout de quelques chapitres tant le déroulement de l'affaire est totalement raté. J'ai tout de même poursuivi jusqu'à la fin et pour une fois, je ne me suis pas "spoilée", ce qui arrive souvent quand je suis impatiente de lire le dénouement.

Tout d'abord, le  personnage principal n'est absolument pas sympathique : infatué de sa personne, il en est risible, c'est peut-être le but recherché par l'auteur mais cela reste à prouver. Il se voit comme un Dom Juan et tout le long du livre il se présente même comme un obsédé, pour autant il est remis à sa place à la fin par une de ses amantes et bien on ne le plaint pas et j'avais envie d’applaudir.
Je préfère des héros ou personnages principaux qu'on a envie d'aimer, de suivre, des inspirateurs en quelque sorte.

Tous les antagonistes évoluent comme des fantômes ou des caricatures : avec très peu de corps et malheureusement pas tellement d'esprit non plus, peu de profondeurs ; cela ajouté à leurs noms qui, j'avoue, ne m'ont pas interpellés (il y a une distribution des rôles en début de livre ça aide un peu) et de surcroît certains avaient un pseudonyme.

Je l'ai dit, l'écriture est très belle mais le déroulement de l'enquête et son résultat sont au delà du guignolesque, pas dans l'effusion de sang mais dans la succession de scènes improbables (je me demande encore pourquoi il est allé à Saint-Jacques-de-Compostelle et à Montevideo alors qu'un coup de fil aurait suffit). Si  durant tout le roman, le suspens est bien là car je ne voyais pas du tout qui aurait pu faire le coup et dans quel but, le comble de l'incompréhension est atteint lorsque l'auteur s’appesantit lourdement sur le fiasco de l'enquête que mène en parallèle l'inspecteur de la police judiciaire qui passe pour un imbécile (je ne vois pas l'intérêt de cette séquence) pour qu'enfin le détective - qui se prend pour Hercule Poirot - révèle à tout le monde dans une scène finale où les protagonistes sont rassemblés (pour une raison inexpliquée et sans doute pour achever au plus vite cette histoire interminable) toutes les supercheries qui ont permis les deux affaires initiales.

N'est pas Agatha Christie qui veut !

Je retiendrais un mot dans ce roman : "anastrophe" (inversion de l'ordre habituel des mots, comme le langage de Yoda dans la guerre des étoiles "Beaucoup encore il te reste à apprendre." ) parce qu'il est employé plusieurs fois, au moins six ce qui fait beaucoup (trop) et dont l'auteur nous gratifie d'une explication régulière.

Extrait

Je suis un rêveur parce que tout ce que je rêve me fait mal. Ce sont des douleurs de membre amputé, affligeantes mais qui ne sont que des fantômes. J'ai mal quand je suis projeté hors de mes rêves, quand je me regarde tous les jours devant la glace pendant que je me rase, et que je comprends que rien de ce que j'imagine ne se réalise. (p.150)


16 avril 2020

[Roman] Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre (1794)


Un jeune officier, mis aux arrêts à la suite d'un duel, doit garder la chambre durant 42 jours et n'a pour seule compagnie que son valet et son chien ; pourtant,  ainsi confiné, il trouve des ressources de rêves, d'inspirations et d'extase à découvrir les trésors qui l’entourent et savoure cette retraite forcée qu'il partage avec le lecteur souvent pris à témoin de sa bonne fortune.

Les heures glissent alors sur vous, et tombent en silence dans l’éternité, sans vous faire sentir leur triste passage. (p. 8)

Entre ces deux tiroirs est un enfoncement où je jette les lettres à mesure que je les reçois ; on trouve là toutes celles que j’ai reçues depuis dix ans ; les plus anciennes sont rangées selon leur date, en plusieurs paquets ; les nouvelles sont pêle-mêle ; il m’en reste plusieurs qui datent de ma première jeunesse. (p. 30).

Vous l'avez compris à ces extraits choisis, l'auteur aborde avec un humour communicatif bien que distant de plus de 2 siècles, son retrait temporaire de la société et y trouve matière à se réjouir.

J'ai découvert ce livre découvert dans une rubrique "lectures à redécouvrir en période de confinement" et j'ai pu le télécharger gratuitement sur ma liseuse kindle et le lire en moins de 2 heures car les 42 chapitres qui constituent le livre sont assez courts.

Bon à savoir : ce livre est également téléchargeable gratuitement sur le site de littérature audio sur ce lien (il s'agit de fichiers MP3).
Il existe également une suite à ce roman intitulée "expéditions nocturnes autour de ma chambre", toujours en livre audio sur ce lien.


D'autres couvertures du livre papier :