Shanghai Calling (2012)

Film
  • Réalisation : Daniel Hsia
  • Genre : comédie
  • Année : 2012
  • Durée : 1h40
  • Avec : Daniel Henney (Sam) - Eliza Coupe (Amanda)
L'histoire
Sam, un jeune et brillant avocat d'affaires new-yorkais d'origine chinoise est envoyé au siège de Shanghai bien qu'il ne parle pas un mot de chinois. Il y est accueilli par la blonde et jolie Amanda qui s'occupe des expatriés et qui parle parfaitement le mandarin. Très vite assuré de son succès, il finit par déchanter quand il s'aperçoit que certains n'hésitent pas à tricher pour avoir un marché juteux, en particulier le brevet pour un téléphone portable révolutionnaire.

Mon avis
Une sympathique petite comédie qui joue sur les différences Chine/Amérique, qui traite aussi de l'aspect social d'une certaine "exploitation" des masses le tout dans un discours léger léger avec pour fond du tableau, une idylle romantique entre Sam et Amanda.

A découvrir ! Daniel Henney (vu précédemment dans "Seducing Mr Perfect") est toujours aussi charmant !



Iron Man 3 (2013)

Film
  • Réalisation : Shane Black
  • Genre : fantastique
  • Année : 2013
  • Durée : 2h10
  • Avec : Robert Downey Jr (Tony Stark) - Gwyneth Paltrow (Pepper) - Ben Kingsley (Le Mandarin) - Guy Pearce (Dr Killian)
L'histoire
Tony Stark est insomniaque et souffre de crises de panique intenses que seule son armure est capable d'apaiser. L'Amérique subit alors plusieurs attaques terroristes d'explosion de bombes par ailleurs introuvables. Stark se met en quête d'un homme appelé "Le Mandarin" qui revendique les explosions, mais finit par découvrir que le docteur Killian, un scientifique fou est le véritable coupable : ses armes sont des cobayes humains auxquels on a injecté une substance qui les rend capables de se régénérer mais aussi d'exploser en cas d'overdose et sans laisser de traces.

Mon avis
C'est très particulier. Je ne vais pas dire que je n'ai pas du tout aimé, disons que c'est du grand spectacle "MARVEL": boum boum pan pan avec tout plein d'armures volantes avec ou sans humain à l'intérieur. Quelques petites choses sympathiques tout de même, les effets spéciaux des cobayes en "fusion" sont très bien faits. Pour l'histoire, rien de nouveau : c'est Tony Stark dans une mauvaise passe mais il s'en sort car il a beaucoup de chance !!!! Son armure s'en va et elle revient, c'est fait de tout petits riens, qui rendent -un peu- le "héros" beaucoup plus simple et humain.

A voir si l'on aime les films avec tout plein d'effet spéciaux.

Hiroshima, mon amour (1959)

Film
  • Réalisation : Alain Resnais
  • Genre : drame romantique
  • Année : 1959
  • Avec : Emmanuelle Riva (l'actrice) - Eiji Okada (l'architecte) - Bernard Fresson (le soldat allemand)
L'histoire
1959. Une actrice venue à Hiroshima tourner un film pour la paix (contre les armes nucléaires) rencontre un architecte et l'invite dans sa chambre pour une nuit sans lendemain. Mais l'homme désire en savoir plus de cette étrange femme qui lui pose des questions sur le jour où la bombe est tombée : "où était-il, que faisait-il, etc.". Elle lui raconte alors son amour pour un soldat allemand au temps où elle allait avoir 20 ans à Nevers, 14 ans auparavant.

Mon avis
Très beau film adapté du roman éponyme de Marguerite Duras qui en écrivit le scénario. Je trouve que l'amour entre les deux personnages pressés par le temps : elle doit repartir pour Paris et sa femme à lui va rentrer de ses vacances, ne pouvait trouver meilleur éclairage, les acteurs jouent très justes, tous les deux sont si bien filmés.

J'ai aimé, sauf, peut-être, le défilé des horribles photos des victimes de la bombe qui servent au défilé contre le nucléaire, il dure longtemps, je suis certaine que si ce film était refait aujourd'hui, cet aspect là serait moins long dans la narration de l'histoire des personnages.

A voir et revoir.

Beauty & the Briefcase (2010)

Film
  • Réalisation : Gil Junger
  • Genre : comédie romantique
  • Année : 2010
  • Durée : 1h15
  • Avec : Hilary Duff (Lane) - Michael McMillian (Tom)
L'histoire
Lane est journaliste indépendante, un jour elle a une audition chez Cosmopolitan grâce à sa soeur photographe de mode. Le magazine est d'accord pour la missionner sur un article particulier : trouver l'homme parfait au bureau. Lane se fait embaucher comme assistante de direction dans une grande compagnie d'analyse financière, et commence à sortir avec tous les hommes de sa boîte mais aucun ne remplit les dix points de sa liste du "Magic Man", et encore moins Tom, son patron si désespéremment lisse, sans surprise et manquant totalement de fantaisie.

Mon avis
Un film passable, vraiment ! Ce n'est ni amusant, ni romantique donc... à voir s'il n'y a rien d'autre à faire !

Sweet Home Alabama (2002)

Film
  • Réalisation : Andy Tennant
  • Genre : romance
  • Année : 2002
  • Durée : 1h50
  • Avec : Reese Witherspoon (Mel) - Josh Lucas (Jake) - Patrick Dempsey (Andrew)
L'histoire
Andrew et Mel s'aiment et vont se marier mais c'est oublier que Mel a quitté son mari Jake 7 ans plus tôt et que depuis tout ce temps, il refuse de signer les papiers du divorce. Mel doit donc retourner en Alabama pour obliger ce dernier à signer.

Mon avis
Une gentille petite romance, mi-dramatique mi-comique qui se laisse voir mais bon, rien d'exceptionnel non plus !

Reese Witherspoon est la star incontestable, quelques autres acteurs à signaler cependant, en particulier Ethan Embry que l'on peut voir en ce moment dans la série Once Upon A Time (rôle de Greg Mendell).



Miseuteo Robin Ggosigi / Seducing Mr Perfect (2006)

Film
  • Réalisation : Sang-woo Kim
  • Genre : comédie romantique
  • Année : 2006
  • Durée : 1h45
  • Avec : Jeong-hwa Eom (Min-June) - Daniel Henney (Robin Heiden)
L'histoire
Séoul. June se fait larguer par son 3ème petit ami. Peu après elle tamponne la voiture de Robin Heiden (son futur patron mais elle l'ignore à ce moment là) qui lui demande ses coordonnées dans un anglais parfait qu'elle affirme ne pas comprendre. Quelques minutes plus tard, son supérieur lui présente Robin Heiden dont elle va être l'assistante durant toute la durée que doit durer sa mission de rachat d'une compagnie japonaise. Se confiant à lui, elle lui avoue avoir besoin de ses précieux conseils pour ne plus jamais se faire avoir par un homme qui ne la prendrait pas au sérieux, mais espère en secret que ce soit lui qui change sa façon de voir les relations humaines. Il accepte de lui apprendre les règles pour mener le jeu de l'amour.

Mon avis
Une plaisante petite comédie romantique, tout à fait regardable (moi je l'ai vu en coréen+anglais sous-titré anglais).  Les acteurs sont adorables, elle-lui, un "beau petit couple". Il y avait longtemps que je ne m'étais pas amusée autant devant un film pour "filles". Une vraie comédie comme celles que l'on pouvait voir "dans le temps" en noir et blanc.

A découvrir ! A voir !

ANDRE NANGARD - L'ART DU PACIFIQUE

Petit billet calédonien mais pas seulement. L'autre jour, en passant du temps dans une grande librairie récemment ouverte en périphérie du centre-ville de Nouméa (As de trèfle de Magenta), je suis tombée en arret devant de très belles cartes postales, je suis passionnée de cartes postales, mais surtout j'aime en trouver d'originales, si possible (et toujours de bon gout).




J'en ai bien entendu acheté quelques unes, j'en enverrai peut-etre, j'en garderai certainement pour moi !

reproductions des peintures d'Aimé Nangard à titre d'illustration
le site du peintre : www.anangard.com

(message réalisé depuis ma tablette qui ne gère pas les accents circonflexes !)

After Earth (2013)

Film
  • Rréalisation : M. Night Shyamalan
  • Genre : science fiction
  • Année : 2013
  • Durée : 1h40
  • Avec : Will Smith (Cypher Raige) - Jaden Smith (Kitai son fils)
L'histoire
L'humanité vit désormais loin de la Terre sur une nouvelle planète qu'ils doivent partager avec une espèce très dangereuse les Ursa, des monstres aveugles mais capables de détecter les hommes grâce à la peur qu'ils dégagent. Le premier homme qui a réussit à les vaincre et à se rendre invisible en éliminant toute forme de peur devant eux, est le général Cypher Raige. Lors d'une expédition spatiale, Cypher se fait accompagner par Kitai, son fils élève cadet militaire. Lorsque le vaisseau traverse une pluie de météorites, le vaisseau passe en vitesse supérieure et se retrouve positionné à proximité de la Terre déclarée hostile depuis 1000 ans suite aux guerres qui l'ont rendue toxique. Le vaisseau s'y crashe en se disloquant sans avoir eut le temps de transmettre un signal de détresse. Tout l'équipage meurt sauf Cypher et son fils, mais Cypher à une jambe brisée. Il demande à son fils d'aller chercher la balise de détresse qui se trouve dans l'arrière du vaisseau à 100 km de leur cockpit. Mais le danger guette le jeune homme : progresser sur une planète inconnue, respirer un air différent, affronter des bêtes inconnues et surtout risquer de rencontrer l'Ursa que le vaisseau transportait et qui n'est peut-être pas mort dans le crash...

Mon avis
Pas mal du tout. Un mélange entre film d'action, thriller, et surtout une ode à la nature : de superbes paysages qui illustrent la Terre que les hommes ont ravagé mais qui est retournée à l'état sauvage. Le jeune Kitai doit parvenir à surmonter sa peur pour parvenir au bout de son voyage.

A voir si l'on aime les courses contre les monstres (et la montre).

My big fat greek wedding / Mariage à la grecque (2002)

Film
  • Réalisation : Joel Zwick
  • Genre : comédie sentimentale
  • Année : 2002
  • Durée : 1h30
  • Avec : Nia Vardalos (Toula) - John Corbett (Ian)
L'histoire
Chez les Portokalos, on se marie entre grecs et pour faire de nombreux enfants grecs.  Le père de Toula est catastrophé : sa fille (au physique pas très avantageux avec ses lunettes) n'est toujours pas "casée" passé 30 ans, et le jour où elle ramène un homme à la maison, il n'est pas grec ! Mais pour son amoureuse, Ian est prêt à tout, y compris à se faire baptiser à l'église orthodoxe à moitié nu dans une piscine gonflable.

Mon avis
Un film très drôle découvert une première fois en compagnie de ma soeur très fan de l'actrice principale, et revu à l'instant (en VO) avec plaisir et beaucoup de rires. Certes, le film est parfois long (tous les préparatifs du mariage !) mais il y a beaucoup de perles dans les dialogues qui ajoutent à l'effet comique :
-"Maman, pourquoi dois-je apprendre le grec ? Et bien, quand tu seras mariée, ne veux-tu pas être capable d'écrire une lettre à ta belle-mère ?"

ou encore cette répartie (de mémoire et avec ma traduction personnelle) : "L'homme est la tête mais la femme est le cou et elle fait tourner la tête comme elle veut".

A voir ou revoir en famille !


IL ETAIT UNE FOIS - RATTRAPAGE

Petit billet comme séance de rattrapage pour résumer "Once Upon A Time", une série américaine que j'ai suivi avec impatience (2 saisons à ce jour, 44 épisodes de 43 minutes). Chaque épisode met en scène deux mondes à des époques différentes, principalement le passé dans la forêt enchantée (Enchanted Forest) où l'on découvre une histoire différente de celle des contes de fée et le présent dans une ville fantôme surgie dans le Maine par un enchantement 28 ans auparavant.

Retour sur les évènements à partir des 2 saisons déjà vues
  • 1/ Le début de l'affaire - révélations
Rumplestiltskin (dit "Rumpel") est un homme heureux, amoureux de sa femme Milah, un jour il reçoit une convocation pour se battre sur le front de la guerre contre les ogres, très cruels. Alors qu'il garde un chariot, il est appelé par la créature qui y est enfermée, une petite fille médium qui lui apprend qu'il va être père mais que son fils deviendra orphelin. A la fois terrorisé mais ravi de la naissance à venir, il ne voit qu'une solution : se mutiler afin d'être renvoyé chez lui. Sa femme a effectivement donné naissance à un petit garçon prénommé Baelfire, mais très vite se détourne de son époux dont elle a honte et fait la connaissance d'un charmant pirate Kilian Jones avec lequel elle s'enfuit. Rumpel élève son fils seul et lorsque celui-ci atteint l'âge de 14 ans, il va devoir lui aussi partir à la guerre. Rumpel rencontre alors un mendiant qui lui parle du Dark One, un sorcier très puissant qui pourrait l'aider. Rumpel tue le Dark One qui n'est autre que le mendiant qui n'en pouvait plus de son pouvoir, lequel est du coup transmis à Rumpel. Son fils Baelfire n'apprécie guère que son père soit devenu la terreur du village et il demande l'aide de la fée bleue qui lui donne un haricot magique qui lui permettra d'être transporté dans un autre monde, un monde sans magie avec son père. Hélas, Rumpel hésite devant le vortex qui s'ouvre et qui emporte "Bae"/Baelfire tout seul. Cet instant est le point de départ de toute l'histoire : Rumpel n'a de cesse de retrouver son fils et invente un sortilège qu'il ne peut pas lancer lui-même : il va mettre alors plusieurs années - il est éternel - et se sert de Snow White (Blanche Neige), de David le Prince, de Regina, la belle-mère de Snow White. La haine que va éprouver Regina vis à vis de l'amour que se portent Snow White et David va lui faire lancer le sort que Rumpel a inventé : tous les habitants de la forêt enchantée vont être transportés en Amérique en 1983 dans une ville surgie de nulle part et nommée Storybrook.

Mais avant que le sort ne soit jeté, Snow et David les infortunés parents ont le temps de déposer Emma, leur petite fille nouveau né dans le tronc d'un arbre magique qui va la transporter en Amérique afin qu'elle échappe au sortilège et puisse 28 ans après, libérer ses parents et tous les habitants qui ont tout oublié de leur véritable identité ; tous sauf Rumpel devenu Mister Gold, le propriétaire de toute la ville, et Regina, devenue la maire de la ville.
  • 2/ Progression - explications
28 ans après, Emma ne sait rien de toute cette histoire car le petit garçon qui était venu avec elle dans le tronc magique et qui était censé veiller sur elle et lui expliquer son destin a disparu, incapable de résister à la tentation du nouveau monde : le petit Pinocchio est devenu August. De son côté, Emma a grandit dans des familles d'accueil et rencontre alors qu'elle a à peine 18 ans, un certain Neal, un petit voleur dont elle tombe amoureuse, et qui n'est autre que Baelfire, le fils de Rumpel. Bien entendu ni l'un ni l'autre ne sait qui ils sont, c'est vraiment ce que l'on peut appeler le destin. August réapparait dans la vie d'Emma mais n'ose se présenter devant elle ; il approche Neal à qui il demande de prendre le large si j'ose dire, et de la laisser "vivre son destin".

Neal disparaît sans savoir qu'il va avoir un fils Henry, qu'Emma abandonne pour qu'il soit adopté.  Par un mystérieux concours de circonstances, Henry est adopté par Regina et est élevé à Storybrook. Le soir de ses 28 ans, Emma a la surprise de voir Henry à sa porte, il se présente comme son fils, et lui annonce qu'elle doit absolument venir à Storybrook y accomplir son destin et sauver les habitants de leur mauvais sort. Emma décide de raccompagner son fiston et découvre l'étrange petite ville sans croire un mot de toute cette histoire mais décide de rester, fortement intriguée par ce qu'elle découvre.
  • 3/ Une série qui a de la suite dans les idées
Pas facile de résumer une histoire qui justement ne traite pas les évènements dans l'ordre mais qui distille, épisode après épisode, les ingrédients qui font prendre la sauce du "reviens-y". Personnellement, j'ai tout de suite aimé cette série, pour tout public. De bons acteurs, des costumes et décors somptueux. Mention spéciale à Robert Carlyle, mon choucou, dans le rôle de Rumpel/Mister Gold.


Holy Motors (2012)

Film
  • Réalisation : Leos Carax
  • Genre : drame
  • Année : 2012
  • Durée : 2 heures
  • Avec : Denis Lavant (Oscar, le comédien) - Édith Scob (Céline, chauffeur de sa limousine et secrétaire)
L'histoire
Au début de sa journée de travail, Oscar demande à Céline, son chauffeur et assistante, combien de rendez-vous il a, il s'agit alors pour lui de se grimer selon le rôle qu'il doit jouer dans la grande limousine qui contient sa garde robe et son équipement de maquillage.

Mon avis
Evoquant, à mes yeux du moins, une vision très effrayante de la condition humaine, de ce que l'on est parfois capable de faire, de supporter pour gagner sa vie ou tout simplement pour survivre, voici un film qui pourra surprendre par son aspect très esthétique et complètement loufoque, un univers que je place entre le monde surréel de David Lynch ou l'absurdité de Jacques Tati. Oscar endosse plusieurs personnalités dans la limousine blanche, il y change de costume, se construit un autre visage. Il sort de lui-même grâce à ses ROLES, mais il a des doutes aussi, il se pose des questions, il a besoin d'être rassuré.

Le cinéma INCARNE la vie, les vies ; à moins que ce ne soit la vie qui s'empare du cinéma.

C'est ainsi que j'ai perçu ce film aux multiples interprétations possibles. L'INTERPRETATION est évidemment au coeur du sujet, si j'ose dire. Et il faut veiller à ce que l'homme, l'acteur, ne soit pas un jour remplacé par une machine.
"La beauté est dans l'oeil, dans l'oeil de celui qui regarde".
Je peux comprendre que l'on trouve ce film impossible à voir, il n'en reste pas moins un chef d'oeuvre de ce que peut être la création au cinéma, au sens large : les histoires, notre histoire, nos vies, nos rêves, dégoûts et espoirs, tout est lié dans notre conscient et subconscient. Le cinéma fait exploser tout cela dans un grand bruit de moteurs qui tournent...