Hart of Dixie (CW, 2011)

Hart of Dixie, saison 1

  • Réalisation : Leila Gerstein
  • Genre : comédie
  • Année : 2011
  • Saison 1 (2011-2012) - saison 2 (2012-2013) - saison 3 (2013-2014) : 22 épisodes (40 mn)
  • saison 4 (2014-2015) : 10 épisodes (à chaque saison il y a eu un hiatus assez long de plusieurs semaines avant la reprise)
Que raconte l'histoire ?
New York. Sortie de médecine, Zoe Hart (Rachel Bilson) a déjà tracé sa voie ; elle sera chirurgien cardiaque. Au bout de 4 ans d'internat, Zoe apprend qu'elle n'a pas reçu le parrainage nécessaire à la poursuite de sa spécialisation : son professeur lui recommande de pratiquer la médecine générale pendant 1 an, histoire d'améliorer un peu sa connaissance de la nature humaine et d'être moins superficielle, pour elle qui ne pense qu'à son apparence.
Zoe décide alors d'accepter l'offre que lui a faite un certain Dr. Harley Wilkes de partager son cabinet médical dans une petite bourgade d'Alabama. Une fois arrivée sur place, Zoe découvre vite qu'elle n'est pas la bienvenue à Bluebell mais elle ne se démonte pas pour autant et entend mener à bien son année "parenthèse" dans cette petite ville aux us et coutumes bien étranges à ces yeux : cérémonies autour du patrimoine et de l'histoire, aller à l'église etc.. .ce qui n'est pas habituel pour une new-yorkaise juive.
Mais d'autres embûches attendent Zoe : elle tombe amoureuse de George (Scott Porter), l'avocat de la ville qui va se marier avec Lemon (Jaime King), la fille du Dr. Brick Breeland (Tim Matheson) avec qui elle est censée partager la clientèle de la ville. Elle trouve à se loger chez Lavon Hayes (Cress Williams),
la maison de Zoe sur la propriété de Lavon Hayes
le maire de la ville qui habite une ancienne plantation et devient ainsi la voisine de Wade (Wilson Bethel), le barman joli garçon qui ne pense qu'à s'amuser (et qui tombe secrètement amoureux d'elle).


Est-ce une série intéressante ?
Encore une série découverte "par hasard" et je ne le regrette pas car c'est vraiment un très bon show, très agréable à regarder, même s'il y a quelques petites choses incohérentes qui font partie du mystère du scénario : par exemple pourquoi Zoe n'achète pas de voiture : elle a son permis, de l'argent (ses tenues à la mode de New York ne passent pas inaperçues dans un patelin où les filles de bonne famille sont habillées comme dans les années 50) mais passe 22 épisodes à se faire conduire.

Le thème de cette série me fait penser à une autre du même genre : Dr. Quinn, Medicine Woman / Docteur Quinn, femme médecin car les deux séries mettent en scène le même genre de personnage : un femme médecin qui arrive dans une ville où elle n'est pas attendue, souvent portée à la critique, et qui doit "faire ses preuves" pour être acceptée.

Ce n'est donc pas tout à fait une série "médicale" comme House car les histoires ne sont pas entièrement réalisées autour de pathologies, mais autour de l'évolution personnelle de Zoe et de sa capacité à devenir plus attentive aux autres et non pas uniquement préoccupée de ses projets d'avenir ou de ses vêtements à la dernière mode.
Wade (Wilson Bethel) et Zoe (Rachel Bilson)
C'est plutôt une série comique, avec en prime une histoire d'amour qui se dessine entre Zoe et Wade, qui, visiblement, sont du genre "soul mate' (âmes soeurs).

J'aime bien le jeu de Rachel Bilson, personnellement je ne la trouve pas trop sophistiquée dans son rôle car son look est vraiment celui d'une "fille de la ville" qui arrive avec son allure, son assurance, du moins extérieure, dans une petite ville du Sud qui lui paraît - à elle - totalement fantaisiste.
Je trouve que l'actrice ressemble à Anna Paquin que j'aime beaucoup également (pas le même genre cependant).
Anna Paquin (True Blood) et Rachel Bilson
un air de ressemblance non ?
"Dixie" est le nom des anciens états confédérés d'Amérique dont l'Alabama fait partie.

Très bon moment de spectacle, il y a énormément d'humour, de références à d'autres films, cela ne m'étonne pas que les américains en soient fan et une saison 2 débute début octobre 2012 (je crois que la série n'est pas encore sortie en France mais une diffusion est prévue sur la chaine June).
team ZADE !
PS je suis "team Zade" (=Zoe+Wade) !

Edit : il y a eu en tout 4 saisons avant la fin de cette série qui, pour une fois, termine correctement avec une vraie fin à la Hollywood (tout est bien qui finit bien).

A Gifted Man (CBS, 2011)

  • Création : Susannah Grant
  • Genre : médical, fantastique
  • Année : 2011
  • Durée : 16 épisodes de 45 mn (1 seule saison)
  • Langue : anglais
L'histoire
Michael Holt (Patrick Wilson) est un neuro-chirurgien très doué, dont le travail dans sa clinique huppée passe avant tout le reste. Un soir, il a la surprise de voir débarquer Anna (Jennifer Ehle), son ex-femme, médecin elle aussi, qui lui apprend qu'elle vient d'ouvrir une clinique "familiale", un dispensaire de soins gratuits pour les démunis. Lorsqu'il tente de la joindre le lendemain à son travail, on lui apprend qu'elle est morte depuis 2 semaines. Holt imagine d'abord qu'il est victime d'hallucinations parce qu'il a une tumeur au cerveau, mais bientôt, il comprend que sa femme lui parle depuis l'au-delà pour lui demander de poursuivre ce qu'elle a laissé en plan suite à un accident soudain. Peu à peu, il s'investit dans la clinique des pauvres, au grand désespoir de son assistante Rita (Margo Martindale) qui veille sur lui comme une mère, mais à la satisfaction de sa soeur Christina (Julie Benz) qui voit dans cette activité charitable, le moyen pour son frère de redevenir l'homme sensible qu'il est au fond de lui.

Développement
Vous aimez HOUSE ? Vous allez craquer pour Holt, bien plus séduisant, charmant, adorable, etc... Entouré de femmes qui ne veulent que son bonheur : Rita (Margo Martindale, repérée dans PARIS JE T'AIME), Christina (Julie Benz, la femme de DEXTER qui joue ici un rôle que j'apprécie) et enfin son ex, Anna (la très belle Jennifer Ehle vue dans PRIDE AND PREJUDICE-1995), le beau docteur Holt n'en est pas moins seul, et semble craquer pour une nouvelle venue au fort caractère : le docteur Kate Sykora (Rachelle Lefevre, la vilaine Victoria dans TWILIGHT-2009).
images du site officiel CBS

Sur fond de fantastique (le fantôme d'Anna que  Michael est le seul à voir), nous avons ici une série mi-comédie, mi-drame assez originale. Le côté "opératoire" ressemble beaucoup à HOUSE : les cas se suivent mais ne se ressemblent pas, mais en plus, on a le côté "social" des protagonistes, et bien entendu, le parcours personnel des acteurs récurrents : Rita qui a eu un passé d'alcoolique, Christina avec son fils ado qui cumule les bêtises ou encore son ami Anton Little Creek (Pablo Schreiber) qui est charpentier et accessoirement "chaman" avec son lien direct avec les esprits.

Voilà une série qui me plaît beaucoup, mais nous n'aurons pas droit à une saison 2 car la chaîne a abandonné le sujet ; le public français pourra peut-être découvrir cette nouvelle série sur M6. A surveiller !

NOUVELLE INTERFACE BLOGGER

Voilà, il est chez moi 15h45, 6h45 en France. Je me suis connectée ce matin et l'ancienne interface était toujours visible car j'avais retardé le jour et l'heure de la transition...

Je me reconnecte à l'instant et nous y voilà, la nouvelle interface de tableau de bord blogger est en place et je ne peux pas dire que je sois ravie car la précédente était à mes yeux plus intuitive et agréable, mais peut-être en est-il ainsi avec tout ce qui fait partie des meubles : on s'habitue au confort, succinct mais suffisant.

Le tableau bleu/orange de blogger est over ! Une image en souvenir...

clic pour agrandir

Once Upon a Time (ABC, 2011)

OUAT saison 1

  • Création : Adam Horowitz, Edward Kitsis
  • Genre : fantastique
  • Année : 2011
  • Saison 1 = 22 épisodes (45 mn)
  • Saison 2 à compter du 30 sept 2012 (US)
Que raconte l'histoire ?
Boston. Le jour de ses 28 ans, Emma Swan (Jennifer Morrison) fait la connaissance de son fils Henry (Jared Gilmore) qu'elle a abandonné 10 ans plus tôt. Lorsqu'elle le ramène chez lui, dans une petite bourgade, Henry lui parle de son livre de contes, un livre très spécial d'où proviennent tous les habitants de sa ville nommée "Storybrooke"; il explique à Emma que ceux-ci ont été envoyés dans cet endroit 28 ans auparavant à cause d'une malédiction qu'elle est la seule à pouvoir stopper. Emma, quoique sceptique, décide de rester à Storybrooke pour connaître son fils, c'est alors que l'horloge au dessus de la librairie qui n'avait jamais fonctionné se remet en marche.
Henry et Emma
Est-ce une série intéressante ?
Voici le genre de série que j'affectionne ! Une série de contes "de fées" pour ceux qui ont gardé leur âme d'enfant. Chaque épisode raconte l'histoire d'un des personnages du livre (Cendrillon, le petit chaperon rouge etc...) dans ses 2 existences : celle de l'histoire et celle de Storybrooke, c'est vraiment très bien fait.

L'histoire principale et récurrente est celle de Blanche-Neige (Ginnifer Goodwin) et du Prince Charmant (Josh Dallas), dont Emma est en fait la fille, et qui a échappé à la malédiction en voyageant dans une autre dimension grâce à un tronc d'arbre magique en compagnie de Pinocchio chargé de veiller sur elle.

La malédiction est l'oeuvre de Rumplestiltskin (Robert Carlyle), un puissant magicien qui l'a fabriquée pour la méchante Reine (Lana Parrilla) qui désire plus que tout empêcher Blanche-Neige et son Prince d'être réunis : tous les habitants de la forêt enchantée ont ainsi été transportés dans une ville ordinaire sans aucune magie, où ils ont oublié leur identité et où ils vivent séparés de ceux qu'ils aiment.

Tout le monde a oublié, excepté deux personnages : Rumplestiltskin qui est devenu Mister Gold, un propriétaire terrien, usurier et propriétaire d'une boutique d'antiquités, ainsi que la méchante reine -"The Evil Queen"- qui est devenue Regina Mills, le maire de la ville de Storybrooke et qui est aussi la mère adoptive de Henry.
personnages principaux
Emma, bien que non réceptive aux histoires fantaisistes de Henry, tente malgré tout d'améliorer les choses à Storybrooke ; elle devient l'assitante du shériff puis shériff, mais n'arrive toujours pas à croire qu'elle est l'élue qui doit lever la malédiction. Arrive enfin August (Eion Bailey), un mystérieux étranger qui tente de lui faire comprendre que tout est vrai, que ces histoires abracadabrantes sont bien réelles, que Henry n'a rien inventé.

Spoiler sélectionner le texte entre crochets :
[August est en fait Pinocchio, le petit garçon venu dans le monde dans le même tronc d'arbre qu'Emma, qui était censé l'aider à assumer son destin dans cet "autre monde" en la protégeant et en la préparant à assumer sa charge, mais les deux enfants ont été séparés et c'est l'arrivée d'Emma à Storybrooke qui fait revenir August.voir une image]

La saison 1 s'achève avec la levée (partielle) de la malédiction mais la saison 2 nous réserve des surprises encore plus grandes je crois !

OUAT saison 2


Cloclo (2012)


  • Réalisation : Florent Emilio Siri
  • Genre : film bioxx
  • Année : 2012
  • Durée : 2h30
Que raconte l'histoire ?
La vie du chanteur populaire Claude François (Jérémie Renier) depuis l'époque de son enfance en Egypte où son père travaillait pour le canal de Suez jusqu'à sa mort en 1978.

Est-ce un film intéressant ?
Je dois dire que Claude François fait partie de mon enfance, j'ai écouté et apprécié ses chansons autour des années 70, par exemple "Le Lundi au soleil" en 1972 ; tout le monde connaît. Quand la radio a annoncé sa mort, j'ai même pleuré ! J'ai donc voulu regarder ce film pour découvrir la face caché d'un homme réputé exigent, limite maniaque et la prestation de l'acteur dans le rôle de l'idole des jeunes de mon époque.
Jérémie Renier / Claude François

Pas de mauvaise surprise donc, ni de scoop, le film est long c'est vrai et un peu touffu aussi (pour les non initiés) : on ne sait pas trop "qui est qui" dans l'entourage professionnel du chanteur, à part Paul Lederman incarné par un Benoît Magimel méconnaissable. Par exemple il a fallu que je cherche qui pouvait bien être cette parolière que Claude va voir pour qu'elle réécrive "Belle belle belle" : il s'agit de Vline Buggy incarnée par l'actrice Laetitia Colombani.
Claude François (Jérémie Renier) et Vline Buggy (Laetitia Colombani)
Un bon divertissement qui plaira aux gens de ma génération, quant aux plus jeunes, ils (les miens en tout cas) sont pour le moins étonnés que de telles chansons aient pu être un jour appéciées... S'ils savaient ! J'ai encore des disques 45 tours de cette époque là !

Dark Shadows (2012)


  • Réalisation : Tim Burton
  • Genre : comédie, fantastique
  • Année : 2012
  • Durée : 1h50
Que raconte l'histoire ?
Barnabas Collins (Johnny Depp) est transformé en vampire puis emprisonné par une sorcière (Eva Green) au prétexte qu'il n'est pas amoureux d'elle mais de Josette (Bella Heathcote). Près de 200 ans plus tard, des travaux d'excavation mettent à jour le cercueil où Barnabas était ligoté par des chaînes d'argent, le vampire se rend alors directement à Collinwood Manor, le château familial où il fait la connaissance de ses descendants.
David, Roger, Elizabeth et Caroline

La famille Collins est composée d'Elizabeth (Michelle Pfeiffer), son frère Roger (Jonny Lee Miller), David (Gulliver McGrath) le fil  de Roger, Carolyn (Chloë Grace Moretz) la fille ado d'Elizabeth. Se trouvent également au château le docteur Hoffman, une psychiatre (Helena Bonham Carter) et deux domestiques. Arrive une certaine Victoria Winters (Bella Heathcote) qui doit être la gouvernante de David et qui est le sosie de Josette. Barnabas décide de redorer le blason de la famille en remettant sur pieds l'entreprise familiale poussée à la ruine par Angelique Bouchard (Eva Green) qui se trouve être la sorcière qui l'emprisonna, elle est toujours amoureuse de lui et ne supporte pas qu'il se soit cette fois entiché de Victoria.


Est-ce un film intéressant ?
Amusement garanti pour cette comédie fantastique avec un Johnny Depp étourdissant (j'avoue que je ne suis pas fan des Pirates des Caraïbes, mais là, je l'aime dans ce rôle).
Impossible de passer en revue tous les moments où j'ai éclaté de rire, mais j'ai passé un très bon moment de cinéma.

Un bon spectacle 'familial' avec humour et effets spéciaux, pas du tout horrible mais bon, le vampire tue quand même une bonne dizaine de personnes...(on ne voit rien, ce n'est pas du tout "gore").

Prometheus (2012)


  • Réalisation : Ridley Scott
  • Genre : anticipation
  • Année : 2012
  • Durée : 2h00
Que raconte l'histoire ?
Une équipe d'explorateurs et de scientifiques partent à bord du vaisseau Prometheus et atteignent une planète lointaine au terme de plus de deux ans de voyage dans l'espoir de découvrir les "ingénieurs" qu'ils croient responsables de la création de l'homme sur Terre. Là, ils découvrent les cadavres d'extraterrestres humanoïdes qui semblent avoir été victimes d'une catastrophe inexplicable. Peu à peu, l'équipage est attaqué par plusieurs formes de vie hostiles.

Est-ce un film intéressant ?
Les amateurs de la saga d'Alien ne seront pas déçus puisque ce film est, en quelque sorte, un prologue.
Holloway, Shaw et David
Elisabeth Shaw (Noomi Rapace) et son compagnon Charlie Holloway (Logan Marshall-Green) parviennent à convaincre un mécène (Peter Weyland) de programmer une mission spaciale pour tenter de rejoindre la planète d'origine où ils estiment pouvoir rencontrer les créateurs de la race humaine. Mais l'accueil est pour le moins désolant ! Notre petite équipe d'aventuriers est prise au piège entre une planète dévastée où survivent de bien étranges créatures primitives et leur vaisseau que Meredith Vickers (Charlize Theron) tente par tous les moyens de préserver d'une éventuelle contamination. Le seul allié du docteur Shaw reste David (Michael Fassbender), un androïde conçu pour aider les humains à accomplir leur mission.
David (Michael Fassbender)
Notons au passage la prestation de Michael Fassbender, génial. Mais aussi tout un florilège d'acteurs reconnus comme :
Sans surprise, un film qui tient bien au coeur et au corps, on en a pour son argent : du spectacle, du suspens, on a tout cela et plus encore ! Quelques monstres pour que la fête soit bonne, et une fin qui augure des "Alien". J'entrevois une possible suite à ce film, on verra bien !

Total Recall (2012)


  • Réalisation : Len Wiseman
  • Genre : action, anticipation
  • Année : 2012
  • Durée : 2h00
Que raconte l'histoire ?
Après plusieurs conflits mondiaux chimiques, la Terre est devenue inhabitable sauf sur deux régions : la plus puissante est l'Union Fédérale Britannique (grosso modo l'Europe de l'ouest) et la Colonie (l'Australie) où vivent les ouvriers qui chaque jour partent travailler de l'autre côté du monde en utilisant "la chute", une sorte de gigantesque ascenseur qui permet de rallier les deux zones en 17 mn. Doug Quaid (Colin Farrell) est l'un des ouvriers à la chaîne qui chaque jour part de La colonie pour travailler en Union Fédérale Britannique. Depuis quelques temps, il fait des cauchemars et sa femme Lori (Kate Beckinsale) se montre incapable de le rassurer.
Doug Quaid (Colin Farrell) prêt à se faire injecter de nouveaux souvenirs
Lorsqu'il entend parler de la société Rekall qui permet l'implantation de souvenirs choisis, il s'y rend mais le processus est interrompu, le technicien affirme qu'il est un espion et la police ne tarde pas à surgir pour l'arrêter ; Quaid décide de s'enfuir.

Est-ce un film intéressant ?
Après l'inoubliable "Total Recall de 1990" (que personnellement j'aime beaucoup) voici une seconde adaptation de "We Can Remember It for You Wholesale", une nouvelle de Philip K. Dick parue en 1966.

Moins d'humour dans ce 2ème film, plus d'action, et un scénario assez différent, mais j'ai aimé, tout en regrettant des "courses poursuites" un peu répétitives. Les décors sont fabuleux, j'ai adoré la technique de "La chute", cette espèce d'ascenseur qui traverse le globe terrestre en passant à proximité du noyau (on peut rêver !).

Nous avons donc notre simili espion qui a tout oublié de son passé d'agent secret, en proie à son problème d'identité, il est aidé dans sa recherche par Melina (Jessica Biel) en qui il reconnaît la femme qui hante ses rêves, et qui l'aide à déterminer "ce que son coeur lui commande".

Du grand spectacle, à réserver pour les amateurs du genre (on peut aimer Jane Austen et la SF, la preuve !).

The Last Weekend (itv, 2012)


  • Réalisation : Jon East
  • Genre : drame
  • Année : 2012
  • Durée : 3 épisodes de 45 mn
Que raconte l'histoire ?
Ian (Shaun Evans), un prof d'école, est invité par son vieil ami Ollie (Rupert Penry-Jones), un avocat, à venir passer un week-end prolongé ("bank holiday" = samedi, dimanche, lundi) dans sa maison "de campagne". Là, Ollie lui avoue qu'il a une tumeur au cerveau incurable, que c'est sans doute son dernier week-end à profiter de la vie. Très vite, le malaise s'installe.

Est-ce un feuilleton intéressant ?
Adaptation en 3 parties du roman de Blake Morrison écrit en 2010 :

Très vite, on sent que le drame va se jouer et il se joue d'ailleurs sous nos yeux tandis que Ian relate les événements passés en revenant sur les lieux, nous entraîne dans son délire inéluctable que l'on découvre par flash-back.

Ian se sent de plus en plus oppressé entre l'attitude d'Ollie qui se dit prêt à tuer n'importe qui à cause de sa tumeur, les retrouvailles avec Daisy la compagne d'Ollie qui fut son ancienne petite amie (et dont il est toujours amoureux) et la présence de Em (Claire Keelan), son épouse, que Ollie drague un peu. Par ailleurs, Ian et Ollie entament leur "yearly best of three contest", une joute sportive annuelle qui fait se succéder golf, tennis et vélo.

Au début du deuxième épisode, on a quelques indices de la part de Ian : "ma passion pour Daisy, mon chagrin pour Ollie et mon inquiétude pour Em". Très clairement, on sent qu'il n'est pas "dans son assiette", crève de jalousie et se balade au bord de la rupture, entouré de signes morbides : une chouette trouvée morte, des araignées, des sons distordus, un invité supplémentaire "artiste" qui enregistre les douleurs ressenties par son cerveau au moment où il s'entaille la peau avec un scalpel afin de créer une bande son.... on nage en plein gothique à la mode 21ème siècle.
Ollie (RPJ) et Ian (Shaun Evans)
Les deux acteurs principaux sont très bons. J'ai trouvé beaucoup de plaisir à ce feuilleton. Tout d'abord, revoir mon RPJ, évidemment, dans un spectacle récent.
Je me suis également amusée à découvrir des clins d'oeil certainement pas fortuits, notamment lorsque Ollie/Rupert Penry-Jones explique qu'avoir les lettres "QC" après son nom ça sonne bien : rapport à la série "Silk" dans laquelle RPJ joue le rôle d'un avocat "barrister" qui tente d'obtenir le grade de Queen's Counsel (QC). Shaun Evans joue également dans la série Silk (rôle de Daniel Lomas dans la saison 2).

Je trouve cependant que le récit par flashback est légèrement maladroit, cela ôte le suspens car dès le début on sait qui va mourir, on comprend que Ian n'est pas clair du tout, que sa paranoïa ne fait que progresser. Une histoire tout à fait glauque ! A découvrir si l'on aime les histoires d'amour qui finissent mal (en général ou pas).

Homeland (Showtime, 2011)

saison 1

  • Création : Gideon Raff
  • Genre : drame en télésuite
  • Année : 2011 (saison 1)
  • Durée : saison 1 = 12 épisodes (11 de 50 mn et le dernier de 1h25)
  • saison 2 diffusée aux US à partir d'oct 2012
Que raconte l'histoire ?
Iraq. Bagdad. Carrie Mathison (Claire Danes), un agent de la CIA apprend qu'un prisonnier de guerre américain est passé du côté des terroristes d'Al-Qaïda. Lorsque le sergent Nicholas Brody (Damian Lewis) est retrouvé gisant au fond d'un souterrain et retourne en Amérique au bout de 8 ans de captivité, Carrie est persuadée que c'est lui et met tout en oeuvre pour le prouver.

Est-ce une série intéressante ?
Oui ! Deux fois "Yes" ! Elle passe prochainement sur Canal + en fr, à voir. PAS POUR TOUT PUBLIC.

Découvert dans le film 'Friends and Crocodiles (2005)", Damian Lewis est tout simplement très convaincant dans son rôle à double face, superbe. Claire Danes a joué dans Little women (remake de 1994), est fascinante. Elle incarne ici une analyste de la CIA très futée mais également atteinte de troubles bipolaires qu'elle cache à son entourage, et que sa soeur Maggie (Amy Hargreaves) l'aide à surmonter en lui fournissant des cachets. Claire Danes est tout simplement formidable, très convainquante et touchante.

Les deux acteurs et personnages forment un duo atypique sur les écrans et une belle "alchimie" des genre.

DVD

J'ai hâte de voir ce que la saison 2 nous réserve !
saison 2

PLASTIC AGE

Dans une maison inconnue. Des discussions qui ne m'intéressent pas. Je m'éclipse dans la cuisine où j'espère trouver le calme et boire en silence. La cuisine est étrange. Les meubles en pin que je devine sont recouverts d'un plastique transparent identique à celui que l'on enroule autour des éléments fragiles dans les colis. J'étudie le système de fermeture du buffet dont la porte est entièrement enrobée de plastique, lorsque je la referme elle ne fait aucun bruit grâce à l'épaisseur de l'enveloppe. Je me demande pourquoi mes hôtes ont recouvert leurs meubles de cette façon, je me dis que cela a dû leur prendre un temps fou, que le résultat n'est pas très esthétique. Je me demande si mes hôtes ont voulu faire "de l'art" ; l'art est une chose si subjective. La maîtresse de maison arrive, prend un plateau et repart, je remarque alors que pour entrer et sortir de la cuisine il faut se glisser dans un tout petit espace étroit, large comme une silhouette humaine de taille moyenne. Pour passer avec le plateau, elle est obligée de se mettre de côté car sinon, le plateau se renverserait. Je me dis que cette cuisine n'est ni pratique d'accès, ni agréable à vivre. Sur le plan de travail "comptoir", traîne une capsule. Le maître de maison arrive à son tour. Il me demande si tout va bien. Je reconnais un ancien collègue de travail que je n'aime pas tellement car je crois qu'il me méprise. J'acquiesce. Il part en se glissant lui aussi de travers pour passer dans le boyau qui sert de couloir. Je suis soulagée de le voir partir. Je prends la capsule pour la déposer dans la poubelle. Celle-ci, comme le reste, est enveloppée de plastique à bulles, y compris la pédale et le couvercle que j'actionne. Enfoncé dans la poubelle minuscule (comme celles que l'on trouve dans les salles de bain) il y a un paquet de riz entier, ouvert et sur les grains du dessus grouillent des centaines d'insectes. Je jette la capsule sur le paquet, relâche le couvercle et sort de la cuisine sans m'attarder.

Hatufim (Channel 2 en Israël, 2010) / Prisoners of War (Sky Arts pour UK)


  • Réalisation : Gideon Raff
  • Genre : série dramatique
  • Année : 2010
  • Durée : 1 saison de 10 épisodes (de 40 à 60 mn)
  • vu en hébreu sous-titré anglais
Que raconte l'histoire ?
Nimrod (Yoram Toledano) et Uri (Ishai Golan), deux soldats israéliens en mission au Liban sont fait prisonniers puis libérés après 17 ans de captivité. Amiel (Assi Cohen) le troisième prisonnier revient dans un cercueil. Les deux premières familles, quoique soulagées d'avoir des nouvelles, sont sous le choc.
Nimrod (Yoram Toledano) et Uri (Ishai Golan)
Nimrod retrouve son épouse Talia (Yaël Abecassis), sa fille et son fils qu'il ne connaît pas.
Nimrod (Yoram Toledano) et sa fille Dana (Yael Eitan)
Uri retrouve sa fiancée Nurit (Mili Avital) qui entre temps s'est mariée avec son frère Yaki (Mickey Leon) et ont eu un fils ensemble ; dans un premier temps on explique à Nurit qu'elle doit retrouner vivre avec Uri comme si de rien n'était. De son côté, Yael (Adi Ezroni) ne parvient pas à faire son deuil et voit constamment son frère qui lui apparaît comme un fantôme.
Amiel (Assi Cohen) et Yael (Adi Ezroni)
Nimrod et Uri sont très vite interrogés par Tsahal sur leurs conditions de détention, puis retournent à leur liberté. Uri est alors approché par Iris (Sendi Bar) qui en fait travaille pour Tsahal.
Iris (Sendi Bar) et Uri (Ishai Golan)

Est-ce une série intéressante ?
J'ai eu envie de découvrir cette série après avoir vu Homeland qui s'en est inspiré. Si le remake version américaine est tout à fait "captivant", cette série l'est encore plus (prévoir mouchoirs pour s'éponger les yeux), car elle insiste sur l'aspect affectif de chaque personnage, les prisonniers comme leur famille, et nous fait découvrir autre chose que les séries dramatiques "conventionnelles".

On y voit une société partagée entre la joie du retour des prisonniers de guerre, tandis qu'une partie crie au scandale car le retour s'est fait en échange de terroristes palestiniens qui ont été libérés.

On y voit aussi beaucoup de scènes d'emprisonnement. Très dures. Pas pour tout public !

Pour ma part, c'est la première fois que je vois un film tourné en Israël, excepté le terrible, étouffant mais très intéressant Kadosh (non critiqué sur ce site car vu bien avant sa création). On y découvre Jérusalem, une ville j'allais dire "normale"; autrement que racontée victime d'attentats.

C'est bon aussi de se tourner vers ce que le monde peut faire comme témoignage cinématographique intéressant.