29 septembre 2013

On ne voit qu'en rêve


On ne voit qu'en rêve. J'emprunte ce titre à Marta Maria Pérez Bravo dont je suis allée voir l'exposition il y a quelques jours à la Maison de l'Amérique Latine, à Paris. Le retour en métropole a certainement bouleversé le cours du temps (de vivre) mais un autre rythme s'offre à moi : savoir attraper au vol les belles occasions quand elles traversent ma trajectoire. On ne voit qu'en rêve. J'oublie ce que j'ai vu dans mes derniers rêves. Y avait-il de la couleur ou du gris ? Dans cette expo, beaucoup de gris. Et un incroyable sentiment d'être ailleurs.