[Roman] Le Guérisseur de cathédrales par Philip Kindred Dick (1969)

Dick, Philip K.. Le guérisseur de cathédrales
J'ai Lu. Édition du Kindle.

Résumé

Sur Terre, dans une société future livrée à un taux de chômage tel que les gens restent enfermés chez eux et passent leurs temps à des jeux infantiles et inutiles, Glimmung, une entité extraterrestre vient démarcher certains d'entre eux pour leur savoir-faire et leur demande de participer à une oeuvre gigantesque : renflouer Heldscalla, une cathédrale tombée au fond de l'océan sur Sirius V, la planète du Laboureur.


Sur les trottoirs de la ville, l’immense entité ahanante quasi animale que formait la masse des éternels sans-emploi de Cleveland se rassemblait et se dispersait, se regroupait pour attendre, attendre toujours, se fondre en un agglomérat triste et instable. Muni de son sac de pièces, Joe Fernwright heurtait leur flanc collectif en se frayant un passage vers la cabine téléphonique de monsieur Travail. Il humait l’odeur familière, vinaigrée et pénétrante, de leur présence massive, passionnée et pourtant porteuse d’un regret plaintif.

C'est ainsi que Joe Fernwright, un restaurateur de céramique hautement compétent mais qui n'a pas eu de travail depuis plusieurs mois accepte l’aventure.

« Je n’ai pas travaillé depuis sept mois et on me propose un boulot qui me mènera hors du système solaire. J’ai peur. Et si je n’y arrive pas ? Si j’avais perdu mon doigté après toute cette oisiveté ? »

Après s'être réveillé au terme de son voyage spatial, Joe fait connaissance des autres compagnons qui comme lui, ont été embauchés pour leur capacité : spécialiste des coraux, télékinésiste, etc... il découvre également que tous ont été visités par le Glimmung alors qu'ils étaient, comme lui-même, en perte de confiance, voire prêts à se suicider. Puis ils découvrent les créatures habitant la planète, en particulier les répandeurs qui vendent le livre constamment mis à jour par les Kalendes, où sont écrites les prédictions de leur avenir ; et bien entendu le Glimmung :

« Le personnel de l’hôtel ne va pas apprécier », remarqua Joe à mi-voix. Bon Dieu ! Cette énorme montagne dotée de centaines de bras qui se contorsionnaient et cinglaient l’air frénétiquement, semblant sortir de tous les points de la carcasse gigantesque… cet amas grouillant oscilla un instant, puis, dans un rugissement furieux, fit s’écrouler le sol qui le supportait ; la chose disparut à la vue, laissant partout des immondices. De la crevasse béante montaient de fines volutes de fumée, sans doute de la vapeur d’eau. Mais Glimmung s’en était allé. Tout s’était passé selon les prévisions de Mali : le plancher n’avait pu résister à ce poids, Glimmung était tombé à travers dix étages jusqu’au sous-sol.

mon avis

Il y a quelques temps, je n'aurais jamais pensé pouvoir apprécier de nouveau la science-fiction comme au temps de mon adolescence ; mais voilà, Philip K.Dick n'est pas qu'un auteur qui dépeint le futur à bord de vaisseaux spatiaux et à grand renfort de monstrueuses créatures extraterrestres. Personnellement, je lis le témoignage visionnaire d'un excellent auteur inventeur qui imagine une technologie permettant d'interroger une encyclopédie (me fait penser à Internet / Wikipedia) ou de jouer avec l'ordinateur, ou encore des équipements capables de créer la réalité augmentée (scène avec le SSA). On lit avec inquiétude et une lueur d'espoir l'aventure de Joe sur la planète du Laboureur où il rencontrera son destin et une raison d'être.

8/10

[Roman] Watership Down par Richard Adams (1972)


Résumé

Pressé par la vision de la destruction imminente de leur garenne parvenue à son frère Fyveer qui possède des dons de voyance, Hazel décide de tout quitter avec quelques volontaires pour tenter de s'établir ailleurs. Le groupe de lapins doit échapper à la Hourda - la caste militaire qui se lance à leur poursuite -, rencontre d'autres congénères - parfois belliqueux- , également plusieurs ennemis de leur race : les vilou, mais ils se font également connaître et apprécier d'individus d'autres races qui deviennent leurs alliés et leur permettent d'affronter les différents dangers qu'ils croisent sur leur route jusqu'à Watership Dawn, une colline au nord du Hampshire, où ils finissent par s'installer. Mais bientôt, il faut songer à chercher et faire venir des femelles afin de garantir leur survie dans la garenne. 

mon avis

Voici un très beau livre que j'ai reçu récemment en cadeau et que j'ai pris plaisir à lire en quelques jours malgré les 530 pages. Richard Adams nous emporte au ras du sol dans les pattes d'un groupe de lapins en prise avec leur survie, qui n'est pas sans rappeler l'humanité parfois confrontée à l'obligation d'exil et qui trouve en elle des ressources, des intuitions et de l'ingéniosité.
Très bon roman d'aventure qui confirme le succès de ce roman depuis sa publication.

Je signale un autre roman semblables d'aventure de "bêtes" traité sous une forme d'épopée : Le bois Duncton de William HORWOOD qui nous attire sous-terre en compagnie de taupes.

    "Réveille-toi, imbécile ! C'est moi. C'est Hazel. Tu vas me faire mal. Allez, debout."
    Il finit par le repousser, Fyveer gigota encore un peu avant d'ouvrir enfin les yeux.
    "Je...je faisais un cauchemar. C'était affreux ! Nous étions...sur le l'eau et nous descendions une grande rivière très profonde. Et...Et je me suis aperçu que nous étions sur du bois. Une planche comme celle que nous avons découverte, toute blanche et couverte de signes noirs. il y avait d'autres lapins avec nous, des mâles et des femelles. Mais en baissant les yeux, j'ai vu que la planche était faite d'os et d'un fil brillant. J'ai crié, et tu as dit : "A l'eau, tout le monde !" Ensuite, je t'ai cherché...je t'ai cherché, j'essayais de te tirer d'un trou, de te ramener sur la rive. Je t'ai trouvé, mais tu m'as dit : "Le maître doit y aller seul." (page 19)

    10/10

    |Film] Le sens de la fête - 2017 (France)


    Résumé

    Max, un organisateur d'événementiel spécialisé depuis trente ans dans les mariages est chargé de celui de Pierre et Héléna dans un magnifique château du 17ème siècle. Le client exigent a mis les moyens et Max a donc fait ce qu'il faut : recruté une brigade de serveurs, cuisiniers, plongeurs, quelques "extra " ; il a même réussi à suggérer au futur marié un photographe de ses amis (pas le meilleur), ainsi que l'orchestre d'animation de la soirée qui a remplacé au pied levé l'orchestre prévu décommandé à la dernière minute.
    Tout ce stress l'épuise (faire plaisir à la clientèle et faire plaisir à sa famille, amis et connaissances qui ont moins de "réseau" que lui et attendent de lui qu'il leur trouve un travail) et il songe fortement à "passer la main" et à revendre son affaire. Aussi, lorsque l'organisation du mariage est constamment bouleversée par une succession de contretemps, il n'est pas loin de penser qu'il a pris la bonne décision....

    mon avis

    Contre toute attente (j'ai beaucoup de mal à apprécier les films comiques français en ce moment), j'ai beaucoup aimé cette satyre sociale qui nous plonge dans le weekend explosif d'un homme d'affaires confronté aux lubies des clients et la série de catastrophes qui s'enchaînent, compromettant le bon déroulement des festivités. C'est au final très drôle grâce aux jeux des acteurs et à la réalisation dynamique qui nous propulse dans les coursives du château, côté cour et côté jardin. Dommage que l'on soit obligé de subir quelques clichés habituels (adultère, divorce, alcoolisme, racisme,...).

    ♥Mention spéciale aux acteurs tamoul qui sont très drôles et au fond, les "philosophes" de toute cette aventure.


    réalisateur : Eric Toledano et Olivier Nakache
    acteurs :
    • Jean-Pierre Bacri : Max, l'organisateur de mariage
    • Jean-Paul Rouve : Guy, le photographe
    • Gilles Lellouche : James, l'animateur
    • Eye Haïdara : Adèle, l'adjointe de Max
    • Gabriel Naccache : Bastien, le stagiaire du photographe (très bien)
    • Benjamin Lavernhe : Pierre, le futur marié (excellent !)
    • Judith Chemla : Héléna, la future mariée

    7/10

    [Film] Jurassic World: Fallen Kingdom - 2018 (Amérique)


    Résumé

    Benjamin Lockwood, un vieil ami et collègue de John Hammond embauche une équipe de 4 scientifiques spécialistes pour tenter de sauver quelques dinosaures prisonniers sur l'île Isla Nublar où un volcan en phase de réveil menace de les exterminer (de nouveau), et tenter de les acheminer dans un sanctuaire sécurisé. Lorsque l'équipe arrive, ils découvrent que les mercenaires qui sont à la manœuvre pour déplacer les dinosaures sont en fait prêt à tout pour récupérer certaines espèces dangereuses afin de les vendre aux enchères à de grandes puissances (militaires).

    mon avis

    Sans surprise, j'ai adoré ! Je suis une inconditionnelle du roman que j'ai lu il y a maintenant longtemps ; "Jurassic Park et Le Monde perdu" de Michael Crichton que je recommande.

    Il est encore ici question de manipulation génétique : avec la création dans un laboratoire, et en secret, d'un dinosaure féroce l'Indominus Rex (soit-disant contrôlable par l'homme) qui pourrait être employé comme arme destructrice.
    [Vous découvrirez également une autre "créature" issue de ce laboratoire]. 
    Sans chercher à comprendre les invraisemblances du scénario, on passe un bon moment d'effets spéciaux, d'actions et de rires.

    Mention spéciale à "Blue" : le vélociraptor femelle dressée par Owen qui ferait presque fondre mon petit coeur.
    • réalisateur : Juan Antonio Bayona
    • acteurs : Chris Pratt (Owen, le dresseur de vélociraptor), Bryce Dallas Howard (Claire, de l'association protectrice des dinosaures), Justice Smith (le "geek", bref celui qui maîtrise d'électronique et l'informatique), Daniella Pineda (Zia Rodriguez la paléo-vétérinaire).

    8/10

    [Feuilleton] Love Rerun - 2018 (Japon)


    Résumé

    Minami Sayaka est graphiste dans une entreprise de communication, à 30 ans elle est toujours célibataire car secrètement amoureuse de Ryosuke, un ami d'enfance un peu plus âgé qu'elle qui vit en couple et va prochainement se marier.
    A la suite d'une soirée, Sayaka se réveille dans l'appartement de Shohei, un homme séduisant qui lui annonce qu'ils vivent ensemble depuis 3 mois.
    Sayaka cherche à retrouver la mémoire disparue et les circonstances qui ont mené à cette amnésie.

    mon avis

    Si l'idée de départ était originale (le saut dans le temps) j'ai été vite désenchantée par le rythme de l'histoire qui s'empêtre hélas. 10 épisodes pour ça, je pense qu'un film d'une heure aurait largement été suffisant et plus percutant. Les acteurs ne sont pas exceptionnels (surtout pathétiques et passifs), l'actrice principale est drôle, c'et aussi à elle qu'il arrive une sacrée aventure ; disons que je me suis ennuyée plus que j'ai ri car il s'agit aussi et avant tout d'une comédie dramatique sur le thème des relations de couple et du monde du travail au Japon avec les éventuelles perspectives de pouvoir travailler à l’international.


    • ラブリラン
    • un feuilleton de 2018 en 10 épisodes vus en VOSTA (Japonais)
    • réalisateur : Kyohei Fujimura
    • acteurs : Nakamura Anne (Sayaka), Furukawa Yuki (Machida Shohei) et Otani Ryohei (Ryosuke, l'ami d'enfance et amoureux secret)

    5/10