[Film] Cairo time - 2009 (Canada)

Juliette, la cinquantaine, arrive au Caire pour retrouver Mark, son époux qui travaille dans la bande de Gaza pour une oeuvre humanitaire. Retardé pour aller à sa rencontre, celui-ci envoie Tareq, son vieil ami devenu patron d'un café, pour accueillir Juliette et l'emmener à son hôtel. Une fois seule et livrée à elle-même, Juliette cherche à passer le temps et faire un peu de tourisme en découvrant la ville, mais elle se rend compte qu'une femme blanche et seule est importunée. Tareq se propose pour l'accompagner dans quelques excursions. Ils sont même invités au mariage de la fille de l'ancienne fiancée de Tareq. Ils tombent peu à peu amoureux de leurs différences.

Je viens de revoir ce très beau film que j'avais découvert en 2014. Une jolie romance entre un beau célibataire qui retrouve son grand amour de jeunesse, devenue veuve mais qui lui a brisé le coeur en épousant un autre homme, au même moment où il fait la connaissance de Juliette, l'épouse de son ami de longue date. Juliette, femme discrète, éditrice d'un magazine canadien concerné par des problèmes sociaux comme le travail des enfants, s'intéresse à cette ville du bout du monde où elle découvre la chaleur, mais aussi les trésors cachés des habitants. Très belle photo, belle musique, un superbe film. Regarder à nouveau ce film me rend nostalgique du Caire où je suis allée il y a 27 ans et où je pense que je ne retournerai jamais, alors que j'aurais tant voulu revoir cette incroyable ville où les voitures avancent au klaxon et tant de choses qu'à l'époque je n'avais pas eu le temps de visiter.

Cairo Time. Un film canadien de 2009 de 1h30 réalisé par Ruba Nadda avec Patricia Clarkson (Juliette) - Alexander Siddig (Tareq) - Tom McCamus (Mark)
Vu en anglais.
♥♥♥

[Film] Dragon Inside Me - 2015 (Russie)

Perpétuant l'ancienne tradition qui consistait à offrir des jeunes vierges au dragon qui les emportaient alors depuis la barque dans laquelle elles étaient allongées, les habitants d'un village organisent des cérémonies de mariage où la fiancée vogue vers son promis dans une barque entre deux rives. Le jour de ses noces, la princesse Mira s'allonge à son tour dans la barque et tandis qu'elle traverse, un dragon oublié de tous fait son apparition et l'emporte dans ses griffes. Lorsqu'elle reprend ses esprits, elle découvre qu'elle a été déposée sur île loin de toute terre et rencontre un naufragé qu'elle nomme Arman. Il lui explique que le jour, ils peuvent sortir sans danger mais qu'il leur faut rester à l'abri à la tombée du soir car le dragon qui vit sur l'île y retourne pour la nuit.


Déception pour ce film fantastique qui aurait pu me plaire mais je n'ai pas du tout accroché ni sur la réalisation, ni sur l'interprétation des acteurs. Bien entendu je ne m'attendais pas à ce qu'un homme sache se transformer en dragon d'une manière plausible mais il s'agit vraiment d'une impression d'ensemble : tout "tombe à côté de la plaque", il n'y a, à aucun moment, une étincelle magique qui aurait pu se déclencher. Effet spéciaux assez moyens sauf quand le jeune homme commence sa transformation et semble brûler de l'intérieur, c'était plutôt bien trouvé.

Dragon Inside Me. Film russe de 2015 réalisé par Indar Dzhendubaev avec Mariya Poezzhaeva (Mira) et Matvey Lykov (Arman, l'homme-dragon). Durée 1h40. 

[Film] Individualist Ms. Ji-Young - 2017 (Corée du Sud)

Ji-Young, une jeune femme traumatisée par la séparation de ses parents a choisi de ne pas s'encombrer d'un petit ami et rompt dès qu'une relation devient trop sérieuse. Byeok-Soo, son jeune voisin de palier est tout le contraire : il ne peut vivre seul, quitte à feindre d'être amoureux. Abordant toujours sa voisine très respectueusement alors que celle-ci ignore ses politesses, leur relation vont changer lorsque Ji-Young le laisse entrer dans son univers.

Belle surprise que ce film en 2 parties qui traite avec gravité et humour des relations entre un jeune homme qui craint plus que tout la solitude et une femme plus âgée qui préfère rompre plutôt que d'être abandonnée. L'action se déroule principalement dans l'immeuble où les jeunes gens habitent mais également leurs interactions avec leur entourage proche : lui et ses collègues de travail, elle et ses parents qu'elle refuse de fréquenter. Les deux acteurs sont crédibles malgré leur différence d'âge (on pense un peu à I hear your voice). A voir.

Individualist Ms. Ji-Young. Téléfilm coréen de 2017 réalisé par Park Hyun avec Min Hyo-Rin (mademoiselle Ji-Young, l'individualiste), Gong Myung (Byeok-Soo son jeune voisin), Oh Na Ra (la psy).
Vu en coréen sous-titré anglais

[Etude] Le pieux dans le choeur - Frédérik Margerit - 2015 (France)


A sa mort en 1180, Louis VII est le premier roi de France à ne pas être inhumé dans l'abbaye de Saint-Denis, nécropole des rois de France, mais dans l'abbaye royale de Notre-Dame de Barbeau qu'il avait fondé en 1156. Par suite de nombreux événements, le tombeau fut profané, les restes du roi avaient été auparavant mis à l'abri à Saint-Denis, puis retournèrent à Barbeau avant de revenir à Saint-Denis où ils reposent aujourd'hui.

C'est pour nous faire partager sa passion que l'auteur a réalisé ce livret qui présente successivement le roi et son règne, l'abbaye de Barbeau et les différents déplacement que subirent les restes du roi. Avec un espoir : que ceux-ci retournent un jour à Barbeau, aujourd'hui totalement détruite depuis le XIXè siècle.



Le pieux dans le chœur. Etude historique sortie en 2015 aux éditions Edilivre 104 pages et de nombreuses illustrations.

[Film] Hot young blood - 2014 (Corée du Sud)

L'action de situe dans le début des années 80 dans la province du Gangwon, en Corée du Sud. Yeong-Sook, une chef de bande de filles, est amoureuse de Joong-Gil, son ami d'enfance qui garde ses distances avec elle tandis qu'il ne s'intéresse qu'à séduire toutes les autres filles du lycée, à commencer par So-Hee, la toute dernière arrivée de la capitale. Lorsque Gwang-Sik, le caïd du lycée découvre que celle qu'il considère que sa "propriété" s'est amourachée de Joong-Gil, il entreprend de se venger en s'attaquant à So-Hee.

Agréable surprise pour ce film découvert il y a quelques jours en navigant sur internet. Les acteurs principaux que je connais déjà confirment leur talent, mais l'intérêt principal de cette histoire qui se déroule dans le milieu scolaire et les rivalités d'adolescence reste l'époque : on y découvre une Corée brute, violente, sans les artifices actuels et les minauderies agaçantes des kdramas actuels. On a vraiment l'impression de se trouver dans un pays communiste ; nous ne sommes en effet que quelques années après la révolution de mai 1980 de Kwangju et les signes d'une société qui n'a pas encore tâté de près l'expansion internationale est encore bien présente. Autour de l'histoire d'amour entre deux jeunes gens dont les parents ne sont pas d'un comportement exemplaire (ivrognerie, abandon de domicile), c'est la victoire de l'espoir qui est célébrée : croire en ses rêves, croire en soi-même. L'individu devient plus important que la communauté. On appréciera également la bande-son : musique pré kpop ! et surtout la chanson de la fin avec le tube de Starship "Nothing's Gonna Stop Us Now" : une raison de plus pour regarder ce film, surtout pour ceux qui, comme moi, avaient 20 ans dans les années 80, et qui pourront ainsi comparer ce que nous avons connu et les rêves qu'avaient ces jeunes à cette époque en Corée.




Hot Young Bloods. Film coréen de 2014 réalisé par Lee Yeon Wu avec Park Bo Young (Yeong-Sook), Lee Jong Suk (Joong-Gil,), Lee Se Yeong (So-Hee) et Kim Young Kwang (Gwang-Sik, le caïd).
Vu en coréen sous-titré anglais

A VOIR ♥♥

[Feuilleton] Tomorrow With You - 2017 (Corée du Sud)

A la suite d'une explosion dans le métro entre les stations de Namyeong [남영) et de Séoul [서울], Yoo So-Joon, un jeune homme perd ses parents mais découvre quelques temps après qu'il est capable de se rendre dans le futur à chaque fois qu'il prend la ligne de métro dans le sens Namyeong - Séoul ; il lui suffit de faire le trajet dans le sens inverse pour retourner dans son temps. Initié par Doo-Sik, un homme mystérieux qui connaît son pouvoir, il utilise cette capacité pour redresser l'entreprise familiale d'investissements immobiliers dont il a hérité à la mort de ses parents. Il remarque néanmoins qu'il ne se projette jamais au-delà du 25 mars 2019, date à laquelle Doo-Sik lui explique qu'il va mourir ainsi que la jeune femme qui a réchappé comme lui à l'explosion du métro. Doo-Sik lui explique que l'un des moyens pour conjurer le sort serait qu'il se marie avec cette femme et qu'ils aient un enfant.

Tomorrow with you : le lieu de l'incident

Ma-Rin se recueille devant la stèle en mémoire
des victimes de l'explosion du métro
Déception pour le visionnage de cette série qui m'intriguait mais qui patauge hélas après quelques épisodes : forcément, ces aller-retour dans le temps pour tenter de déjouer le sort ne se passent pas exactement comme prévu et les "déjà-vus" se succèdent et sont plutôt ennuyeux. Dommage car l'histoire était originale et les acteurs jouent bien, mais je pense que le format d'un film aurait été préférable à 16 épisodes avec des redites sans intérêt.
Les thèmes principaux restent le pouvoir, l'amour, le sacrifice pour ceux qu'on aime.
Heureusement, la série se termine bien...





Tomorrow With You [내일 그대와]. Feuilleton coréen en 16 épisodes d'une heure réalisé par Yoo Je-Won avec Lee Je-Hoon (Yoo So-Joon, le directeur immobilier), Shin Min-A (Ma-Rin, son épouse) et Jo Han-Chul (Doo-Sik "ahjussi", le père de Ma-Rin).
Vu en coréen, sous-titré anglais

[Roman] Le sang de l'hermine - Michèle BARRIERE - 2011 (France)


François Ier envoie Quentin du Mesnil, son ami d'enfance, aller quérir Leonard de Vinci, vieillard excentrique et génie désargenté qui se trouve en Italie et qu'il invite à la cour royale où il espère bien que l'artiste reconnaissant lui apportera la gloire et fera envie aux autres souverains. Mais Leonard a beaucoup d'ennemis et Quentin, qui cherche à le rencontrer, se retrouve victime de ceux qui en veulent à l'artiste. Malgré ses mésaventures, le jeune hobereau espère trouver en Italie de nouvelles manières, recettes et ustensiles qu'il compte bien rapporter en France où le roi lui a promis la direction d'un nouveau chantier.

Quentin repensa à tout ce qu'il avait vu l'année précédente en Italie. A Milan, puis à Bologne où ils s'étaient rendus à l'invitation du Pape, les banquets somptueux s'étaient succédé. Jamais il n'avait connu une telle variété de mets délicats, servis dans des plats aux couleurs éclatantes. On utilisait même des assiettes individuelles, et non ces grossiers tranchoirs faits d'une planche de bois sur laquelle on posait un morceau de pain qui absorbait le jus des viandes. Les verres étaient d'une telle finesse qu'on osait à peine les prendre en main. (p.50) 

Déception à la lecture de ce roman où je m'attendais à retrouver la verve des romans de Jean-François Parot ou de Jean d'Aillon dont je suis fidèlement les sorties et qui ponctuent suavement leurs enquêtes policières de quelques descriptions de plats ou de recettes d'antan (ici, les recettes sont à la fin).
L'intrigue est assez banale et je ne l'ai pas trouvée intéressante, le style est ennuyeux. J'ai tout de même achevé ce roman qui présente comme personnage récurrent de la série "Les enquêtes de Quentin du Mesnil, maître d’hôtel à la cour de François Ier" sous les traits d'un jeune homme aux origines mystérieuses, peut-être royales, et qui ressemble tant au portrait de Saint Adrien sur le vitrail de la cathédrale de Louviers. 
Le sang de l'hermine, roman policier, sorti en 2011 aux éditions Jean-Claude Lattès. 314 pages

[Feuilleton] Saimdang, Light's Diary - 2017 (Corée du Sud)

peinture de Saimdang

Seo Ji-Yoon, une conférencière d'histoire de l'art coréen découvre au cours d'un voyage en Italie, le journal intime de Sin Saimdang [신사임당], illustre peintre, poète, écrivain et calligraphe de l'époque Joseon [조선] (XVIème siècle). Dans le même temps, elle est démise de ses fonctions pour avoir mis en doute l'authenticité d'une peinture de An Gyeon (XVème siècle) qui s'avère être un faux. Le déchiffrement du journal de Saimdang va révéler son histoire romantique et tragique auprès de son grand amour Lee Gyeom, les deux amoureux ayant été séparés de force par la volonté du roi Jungjong. Seo Ji-Yoon doit faire face à la corruption qui entache l'honneur de son époux dont la société est mise en banqueroute. Suite à deux accidents, Ji-Yoon dans le coma va se retrouver à l'époque Joseon et ressentir un lien très fort avec Saimdang dont elle semble être la réincarnation. Progressivement, elle rassemble les indices qui révéleront la supercherie du faux paysage d'An Gyeon, aidée par une mystérieuse organisation mondiale nommée RADE dans laquelle travaille un séduisant photographe qui surveille Ji-Yoon depuis l'Italie jusqu'à la Corée .

Saimdang (Lee Young-Ae)
Bien que non dénué de défauts, cette série m'a enchantée durant pratiquement 2 mois ! La réalisation est remarquable, costumes, lumières, chansons, tout est réussi à commencer par l'incroyable beauté de ce couple artiste incarné par Lee Young-Ae et Son Seung-Heon absolument convaincants.

Ne sont à regretter que la longueur de la série : 28 épisodes d'une heure (30 épisodes étaient annoncés), quelques scènes rediffusées un peu trop nombreuses d'un épisode à l'autre. 
On passe aisément du présent au passé mais la majeure partie de cette série se passe durant l'époque Joseon (en France nous étions sous Louis XII pour établir un parallèle).
Gyeom (Song Seung-Heon)
Joseon. L'histoire d'amour de Saimdang et Gyeom prend un tour tragique alors que les jeunes gens allaient se marier mais que le roi Junjong décide de faire assassiner tous ses partisans à qui il a envoyé un poème dont il veut désormais détruire toutes les copies. Le père de Saimdang est l'un des partisans et en échange de quelques heures de survie, il est obligé de marier Saimdang à un jeune homme un peu dolent tandis que Gyeom est retenu prisonnier par sa tante et tutrice.
20 ans après, les deux anciens amoureux se retrouvent ; ils s'aiment toujours mais Saimdang, ruinée par son mari qui a dépensé leur fortune aux jeux, doit élever ses 4 enfants. Gyeom jure de toujours la protéger tandis que Saimdang va reprendre une fabrique de papier, déjouer les pièges de ses ennemis, commencer à faire commerce avec la Chine tandis que son art est de plus en plus reconnu, de même que celui de Gyeom lui aussi peintre.

A Séoul de nos jours, une conférencière voit sa vie basculer du jour au lendemain après avoir désavoué lors d'un colloque son mentor haut placé qui se venge en la renvoyant. Son époux est accusé d'avoir détourné l'argent de sa société alors que c'est un coup monté. L'histoire du passé et l'enquête du présent progressent tout en se télescopant : la lecture du journal de Saimdang que Ji-Yoon a trouvé en Italie indique la localisation de la véritable peinture et relate également l'histoire de son amour avec Gyeom.


Les adieux entre les amoureux :
Gyeom s'enfuit de Joseon et Saimdang lui confie son journal intime
Nous sommes de nombreux téléspectateurs à regretter que Saimdang et Gyeom, réincarnés en Ji-Yoon et en le mystérieux photographe n'ait pas été développée vers la fin afin de les faire se retrouver plusieurs siècles après leur séparation, mais cela est peut-être une autre histoire.


Saimdang reste une figure honorée en Corée, de nombreuses œuvres sont exposées dans les musées et son effigie est sur le billet de 50000 wons (40 €).


Cette série met en évidence la corruption, le travail et la reconnaissance des femmes, l'instruction, la croyance en son destin, le respect de l'autre et surtout des moins nantis que soi.

Homme en costume coréen "hanbok" par Rubens (1617)
L'histoire de Saimdang dans cette série est romancée car l'histoire n'indique pas que Gyeom ait existé... On découvre tout de même que Rubens a peint cette gigantesque toile (que va découvrir Ji-Yoon lorsqu'elle enquête en Italie).




Saimdang, Light's Diary [사임당, 빛의 일기] . Feuilleton en 28 épisodes d'une heure réalisés par Yun Sang-Ho avec Lee Young-Ae (Saimdang et Ji-Yoon) Song Seung-Heon (Lee Gyeom et le fondateur de RADE).Vu en coréen, sous-titré anglais


[Film] Arrival - 2016 (USA)

Louise et Ian devant les heptapodes et leur écriture

Louise Banks, une linguiste est approchée par l'armée américaine après l'arrivée de douze vaisseaux extraterrestres disséminés tout autour du globe et avec lesquels aucune communication n'est possible : leurs sons sont incompréhensibles. L'armée lui demande de les interroger pour connaître leur intention mais avant tout, Louise doit établir un alphabet commun. Au fur et à mesure, la conscience de Louise est alors affectée par le temps et elle devient capable de lire l'avenir sans toutefois pouvoir le dire de peur de passer pour une folle. Pendant ce temps, certaines nations en ont marre d'être dans l'incertitude et envisagent de passer à l'attaque.


Adaptation d'une nouvelle de science-fiction "Story of your life" (histoire de ta vie) écrite en 1998 par Ted Chiang, ce film est pour moi une heureuse surprise et je regrette de ne pas être allée voir cela au cinéma !


Louise et Ian
A bien des égards, ce film m'a tout de suite fait penser à Interstellar et vers la fin, j'ai compris pourquoi j'avais cette impression : le scénario, assez bien ficelé, laisse à comprendre que ce qu'on imagine être le passé est en fait l'avenir ; et moi, j'aime cette plongée dans l'indéfini ou l'infini.

Louise Blanks apprend à communiquer avec les heptapodes et sa vision du temps s'en trouve modifiée au point qu'elle arrive à se projeter dans son propre futur. Les heptapodes lui révèlent qu'ils sont venus nouer un premier contact et qu'il reviendront lorsque l'humanité aura besoin d'eux. 

Un beau spectacle de science-fiction.



Arrival ou Premier contact en français. Film de 2016 réalisé par Denis Villeneuve avec Amy Adams (Louise), Ian Donnelly (Jeremy Renner, le scientifique).